Politique belge

La secrétaire d'État en charge du Service de l'Aide médicale urgente (SIAMU) Cécile Jodogne (DéFI) ne remet nullement en cause la matérialité des faits évoqués dans l'"avant-projet de rapport d'audit de la Cour des Comptes" sur la gestion problématique des marchés publics au sein du SIAMU pour la période 2012-2015. Dès sa prise de fonction en 2014, elle a mis en place une vaste réforme pour y apporter des réponses structurelles, a-t-elle indiqué jeudi après-midi. Pour Mme Jodogne, la sécurité des habitants n'a jamais été menacée.

Selon la secrétaire d'État, la réforme en profondeur du SIAMU entrera en vigueur début 2018. Elle permettra d'apporter, entre autres, une meilleure répartition des responsabilités et un contrôle accru des dossiers financiers.

La structure bicéphale actuelle du SIAMU étant complexe et source de conflits, elle sera simplifiée et rationalisée afin d'améliorer le fonctionnement du service d'incendie, en ce compris dans son volet administratif.

Les dossiers administratifs seront remis entre les mains des fonctionnaires administratifs et non plus entre les mains des opérationnels (les pompiers). Le recrutement pour la nouvelle direction du SIAMU est en cours, a souligné la secrétaire d'État.

Mme Jodogne a par ailleurs précisé ne pas avoir attendu l'application de la réforme ni le rapport de la Cour des comptes pour exiger auprès de la direction la mise en place d'autres mesures adéquates.

Pour la vérification des marchés, tout engagement et liquidation sont ainsi contrôlés par une structure externe au SIAMU depuis décembre 2016. Une équipe de Bruxelles Finances et Budget est désormais en charge de la procédure.

En outre, depuis le 1er janvier 2017, le SIAMU a procédé à l'engagement d'un juriste spécialisé dans la gestion des marchés publics. Un comité d'investissement composé des services des finances, de la logistique et de membres du cabinet de la secrétaire d'État a été mis en place.

Le SIAMU prévoit de recourir à une assistance juridique externe pour accélérer la finalisation des marchés publics qui ont pris du retard.

Enfin, la secrétaire d'État a dit s'étonner que l'avant-projet provisoire et confidentiel de la Cour des Comptes sur l'audit des marchés publics du SIAMU circule alors que ni le parlement régional ni le gouvernement ne disposent du rapport définitif.


La commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois se réunira mardi pour une série d'interpellations

Le bureau élargi du parlement bruxellois a décidé mercredi de convoquer mardi prochain la commission des Affaires intérieures afin d'entendre les interpellations relatives à l'audit de la Cour des Comptes sur la gestion du Service de l'Incendie et de l'Aide médicale urgente (SIAMU) de la Région bruxelloise. Les conclusions provisoires de ce rapport ont été révélées mercredi par La Libre Belgique. (Tous les détails ici)

Elles posent question notamment sur le contournement régulier des obligations légales d'organiser un appel public au marché entre 2012 et 2015 et les risques de fraude qui en découlent.

Le bureau élargi du parlement bruxellois se réunira encore spécialement dans l'urgence le vendredi 15 décembre (BIEN: 15) afin de juger de l'opportunité d'installer une commission spéciale demandée par le MR, a indiqué mercredi le chef du groupe Vincent De Wolf.

"Il aurait été totalement incohérent de refuser la création d'une commission spéciale fondée sur un rapport accablant de la Cour des Comptes quelques jours après avoir voté à grand renfort de conférences de presse des textes sur la bonne gouvernance et la transparence", a commenté M. De Wolf à l'issue de la réunion du bureau élargi.

Pour le chef de groupe MR, "le rapport de la Cour des comptes est accablant sur la gestion des marchés publics et des moyens budgétaires alloués au SIAMU. Celui-ci s'ajoute à une gestion catastrophique, dénoncée de longue date par le MR et par les travailleurs, du Service d'Incendie et d'Aide médicale urgente: délabrement des casernes, absence de tenues en nombre suffisant, problèmes de fournitures pouvant impacter les missions des pompiers, etc."

A ses yeux, le rapport de la Cour des comptes laisse craindre, outre les défaillances internes au sein du SIAMU, des manquements graves dans le contrôle que se devait d'opérer le gouvernement bruxellois.

Un accord du gouvernement régional a entériné une réforme du SIAMU mettant fin à une direction bicéphale (administrative et opérationnelle) qui s'était révélée inefficace, a rappelé l'élu libéral. Au vu des manquements relevés, le MR n'est, selon lui, pas convaincu que cette seule réforme apporte des réponses suffisantes.

"Le MR rappelle que le SIAMU, comme d'autres institutions régionales, a vu passer de nombreux gestionnaires placés dans le cadre de la stratégie de politisation des gouvernements dirigés par le Parti socialiste. Aujourd'hui encore, l'actuel directeur général (f.f.) du SIAMU est un ancien chef de cabinet adjoint des ministres Kir et Madrane. Précédemment, la direction générale était assurée par une ancienne conseillère auprès du ministre-président Picqué, aujourd'hui en fonction auprès du ministre-président Vervoort", a souligné M. De Wolf.