Politique belge

Le chef de groupe MR au parlement wallon Pierre-Yves Jeholet dénonce mercredi dans Sudpresse l'octroi des subsides aux infrastructures sportives par l'ancien ministre des Sports André Antoine en 2014, dont 44% sont allés à des projets dans des communes dirigées par un bourgmestre cdH. Sur l'ensemble de la Wallonie, 88 dossiers de communes ou de clubs ont été acceptés en 2014, pour un financement total de 30,4 millions d'euros en infrastructures, selon des chiffres obtenus par M. Jeholet auprès de l'actuel ministre des Sports René Collin (cdH).

"Sur les 88 dossiers, 38 émanaient d'entités dont le bourgmestre est cdH", selon Pierre-Yves Jeholet, détails chiffrés à l'appui. "Et sur les 30,4 millions investis, ils en ont reçu 13,38 soit 44% du total".

Les communes MR se classent deuxième bénéficiaire avec 26,5% des montants octroyés, devant les PS (20%) et Ecolo (9%).

André Antoine, désormais président du parlement wallon, dénonce une lecture politicienne dans le chef de M. Jeholet.

"Un mauvais procès ! D'autant qu'il ne tient compte que des crédits ordinaires, pas des financements alternatifs comme le plan piscine dont Jodoigne (commune MR, NDLR) a par exemple profité pour 3,5 millions d'euros", se défend-il.

M. Antoine dit avoir veillé au respect d'une clé de répartition par province en fonction de leur population. "Au niveau des communes, il n'y a pas de clé. On a toujours attribué les subsides en fonction des projets rentrés et validés par l'administration, de même qu'en fonction des besoins".

A contrario, il prend pour exemple Liège, où "il y avait moins d'appétit parce que les projets avaient déjà été largement pris en compte par mon prédécesseur, Michel Daerden" (PS).