Di Rupo: "Michel Daerden avait l'art de convaincre"

Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Elio Di Rupo, le Premier ministre, a évoqué les facettes de la fidélité et de l'amitié pour parler de Michel Daerden à l'occasion de l'hommage public qui lui a été rendu ce samedi 16 novembre au cimetière d'Alleur. Stéphane Moreau, l'actuel bourgmestre d'Ans, a insisté sur l'action politique de son prédécesseur à la tête de la commune mais aussi parlé d'une "personnalité qui ne laissait personne indifférent". Elio Di Rupo a évoqué une personnalité sans pareille qui a marqué l'histoire politique du pays. "Une forte personnalité, un homme convaincu profondément socialiste. Il avait l'art de convaincre", se rappelle le premier ministre.

Pour lui, Michel Daerden avait des qualités intellectuelles hors du commun "qui ont permis aux finances régionales et de la Communauté française de se redresser". Le Premier a aussi évoqué l'amitié d'un homme "qui n'a jamais fait défaut et qui a su me soulager dans les tâches à assumer. Il me manque. Son support moral est irremplaçable".

M. Di Rupo a mis en lumière son intelligence, son humour, sa générosité. "Nous continuerons de t'aimer et pour longtemps", a conclu Elio Di Rupo.

Quant à Stéphane Moreau, il a souligné "la communion de pensée et d'action", qui les unissaient, "renforcée par notre vision de la société façonnée par nos origines modestes". M. Moreau a retracé le parcours politique et les actions qui ont également jalonné ce dernier mettant en exergue la Financière TGV qui, en définitive, a offert à Liège une des plus belles gares du monde.

Le bourgmestre d'Ans a épinglé l'usage, par Michel Daerden, de "la folie qui nous habite tous, à laquelle il avait associé son savoir et son courage. Michel Daerden, c'était l'être sans le paraître".

M. Moreau a encore rappelé l'importance que "papa" accordait au développement de soi et à l'importance de l'enseignement dans la vie de chacun en homme de science qu'il était.

"Je peux dire que Michel Daerden a servi d'exemple. Personnellement il m'a montré la voie à suivre pour se construire, construire et ne pas se coucher devant l'adversité. En cela je l'admirais. C'était un monument", a encore déclaré Stéphane Moreau, concluant ainsi son intervention.

Marc Goblet, le président de la FGTB Liège - Huy-Waremme, a pour sa part évoqué l'unité de l'action commune qui a toujours été défendue par l'ancien bourgmestre d'Ans. M. Daerden avait d'ailleurs rappelé ces valeurs en 2006, comme l'a souligné Marc Goblet.

Le président de la FGTB Liège - Huy-Waremme, dans une prise de parole très militante, en a appelé à cette unité à quelques mois des élections fédérales. "C'est le meilleur engagement que l'on puisse prendre pour Michel", a-t-il clamé en rappelant, comme l'avait lui-même dit M. Daerde, n que "le nationalisme et l'extrême-droite se nourrissent de la paupérisation et de l'exaspération des classes moyennes".

Quelques 500 personnes ont participé samedi à Alleur à cette cérémonie d'hommage public en mémoire de Michel Daerden qui en ce 16 novembre aurait eu 64 ans.

Outre les élus socialistes de l'arrondissement de Liège et de Huy-Waremme, on notait la présence d'André Flahaut, président de la Chambre, Fadila Laanan, ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais aussi Paul Magnette, l'actuel président faisant fonction du PS ou encore Lucien D'Onofrio, l'ancien boss du Standard de Liège.

La cérémonie s'est achevée par la diffusion de "salut", un des succès de Michel Sardou. Une chanson choisie par ses proches pour illustrer toute la symbolique du départ et des retrouvailles sous d'autres cieux.

Publicité clickBoxBanner