Politique belge

Un avocat du prince Laurent, Me Laurent Arnauts, a fait état dimanche sur le plateau de RTL-TVI d'un courriel du chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders faisant pression, en 2013, sur l'ex-asbl GSDT du prince Laurent à propos de son action en recouvrement de sommes dues par la Libye. Ce n'est que dernièrement que l'ex-asbl GSDT (Global Sustainable Development Trust, soutenue par le Prince Laurent pour la reforestation en Libye, sous l'ère Khadafi) s'est vue confortée par la justice belge dans le litige qui l'oppose au nouvelles autorités libyennes.

Ces dernières devront payer quelque 50 millions d'euros au liquidateur de GSDT en raison de la rupture unilatérale d'un contrat de 70 millions signé en 2008 avec le ministère libyen de la Politique agricole afin de reboiser des milliers d'hectares désertiques sur la côte libyenne.

L'argent remboursable devrait être affecté à Environment Network, une nouvelle asbl créée par Laurent en juin dernier à Waterloo, selon Le Vif qui dévoilait vendredi cette information.

Le versement dépend de la bonne volonté des autorités libyennes, mais en 2013, le litige se déroulait sur un arrière-plan délicat: de nombreuses entreprises belges essayaient, avec le soutien du gouvernement belge, d'obtenir le remboursement de factures impayées pour des biens et services livrés à l'ancien régime libyen.

"Vous comprendrez que la bonne volonté, vis-à-vis de la Belgique, des nouvelles autorités libyennes est à cet égard une nécessité et que cette bonne volonté ne devrait pas être mise à mal du fait" du différend soulevé par l'asbl du prince, a écrit le 9 avril 2013 le chef de cabinet de M. Reynders au bâtonnier Pierre Legros, selon la lecture qu'en a faite Me Arnauts sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVI).

Cette polémique est connexe au dossier du déblocage des intérêts des fonds libyens gelés en Belgique, car l'asbl espérait se faire rembourser sur ces intérêts.