Politique belge

Boris Dilliès s’est livré mercredi à un exercice intéressant sur le site de "La Libre" : il a confié par écrit son opinion sur la pression que fait peser le cumul des mandats sur les hommes et femmes politiques. L e titre de sa carte blanche est amusant : " Ne dites pas à ma mère que je suis élu (et sur Cumuleo !), elle me croit pianiste dans un bordel… " Une référence directe au titre d’un livre du célèbre publicitaire français Jacques Séguéla sur son métier.

Dans cette opinion, le bourgmestre libéral d’Uccle déplore que les élus soient parfois livrés à la vindicte populaire. A cet égard, il dénonce le rôle du site Cumuleo qui compile les déclarations de mandats et les rémunérations des politiciens. "J’invite en toute modestie à ne pas toujours prendre Cumuleo comme la seule bible, mais à interroger directement l’élu", concluait Boris Dilliès dans son texte.

Piqué au vif, Christophe Van Gheluwe, responsable de Cumuleo, a rouvert le dossier de Boris Dilliès et s’est aperçu que le bourgmestre ucclois avait omis de déclarer quatre mandats à la Cour des comptes.