Edito : La N-VA à 40 %, c’est dingue !

Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Photographie instantanée de l’opinion publique, le sondage réalisé par Dedicated pour "La Libre" et la RTBF révèle quelques tendances lourdes qui permettent de dresser deux ou trois constats.

Au nord du pays, la lecture de certains résultats pourrait ravir. Avez-vous vu ce Belang qui, autrefois, noircissait et salissait le Plat pays ? Des quelque 20 % d’antan, il n’en reste que 10 : un simple fond de cuve puant que la N-VA ne parvient pas à siphonner. À présent, c’est bien là, chez les séparatistes, que s’est installé le succès : 40,1 %. C’est dingue et inquiétant.

Les nationalistes ont percé tous les plafonds, attirant dans leurs filets tous ceux qui voient dans son leader l’homme providentiel. Même délesté de 56 kilos, il écrase tous ses concurrents. Et sa parole est devenue parabole, qu’il parle de droit du sol ou des kilos qui s’envolent. Qui donc pourra le contrer ?

À Bruxelles, les libéraux dominent désormais, seuls, le paysage politique. En Wallonie, les mêmes libéraux se redressent : ils ne souffrent pas des mesures prises au niveau fédéral et sont dans l’opposition dans les Régions. Le PS ne s’en tire pas trop mal pour un parti dont est issu le Premier ministre. À y regarder de plus près, c’est au CDH qu’il faut sonner le tocsin : à Bruxelles, son ombre se réduit et en Wallonie, la rechute est là. Le centre, qui se voulait radical, va mal. Autrefois, Joëlle Milquet bossait, incendiait, vitupérait Mais au moins, on l’entendait. L’actuelle présidence du parti, montrée du doigt pour ses absences, ses silences, ses carences, devra réagir. Tôt ou (trop) tard

Publicité clickBoxBanner