Politique belge

Au vu de la crise qui traverse le socialisme à travers l’Europe et les affaires qui ont touché le PS en Belgique francophone, avez-vous fait le deuil de rassembler encore 30 % des suffrages ?

Les scandales font très mal mais il n’y a pas de raison que nous ne retrouvions pas ce niveau-là. Peut-être pas dès la prochaine élection, mais c’est possible. Il est clair que, contrairement au passé, nous devons avoir un positionnement de gauche beaucoup plus net. Regardez ce qu’il se passe au Portugal. Une chose est claire, les divisions internes au PS, c’est mortel. C’est ce qui s’est passé en France et dans pas mal de partis européens.

L’essentiel de votre présidence, c’était de préserver l’unité ?

(...)