Politique belge

Toute l’incongruité de la situation. Le 19 juin dernier, Benoît Lutgen, le président du CDH, lançait un appel à former des majorités régionales et à la Communauté française sans les socialistes. L’accumulation des scandales éthiques aurait rendu le PS infréquentable, selon les humanistes. Cela dit, ajoutaient-ils, pas question pour eux de quitter les gouvernements. Non, non. C’est le PS, pourtant première force politique francophone, qui doit être mis dehors. Facile à dire. Plus difficile à faire…

Si le MR a accepté sans surprise de former une majorité ric-rac avec le CDH en Wallonie, la situation est autrement plus complexe à Bruxelles où six partis forment le gouvernement, dont trois néerlandophones (PS, Défi, CDH, Open VLD, SP.A, CD&V). Conséquence : deux mois après l’appel de Benoît Lutgen, le CDH gouverne toujours avec le PS tant en Région bruxelloise qu’à la Communauté française. Et le scénario du statu quo à Bruxelles gagne en probabilité de jour en jour. Explications.