Politique belge

Face à la sous-utilisation des primes à l’énergie et à la rénovation octroyées actuellement en Wallonie, deux ministres MR du gouvernement wallon, Jean-Luc Crucke (énergie) et Valérie De Bue (logement), ont décidé d’agir.

A partir du 1er mars 2018, les montants de ces primes vont doubler voire triplés. Le montant total de la prime sera calculé en fonction du niveau de revenu du ménage sollicitant cette prime. Quatre tranches sont prévues (< 21 900 euros imposables par an, de 21 900 à 31 100 euros, de 31 100 à 41 100 et de 41 100 à 93 000 euros).

Les primes visées concernent, l’isolation de la toiture, l’isolation des murs, l’isolation des planchers, la réalisation d’un audit énergétique, l’installation d’une chaudière biomasse, d’une pompe à chaleur, etc. “Ces primes, c’est du win-win pour les Wallons et la Wallonie. Grâce à elles, le citoyen améliore le confort de son logement tout en réduisant sa facture énergétique. Pour la Wallonie, elles lui permettent d’atteindre les objectifs énergétiques fixés par l’Europe”, expliquent les deux ministres.

Pour expliquer la faiblesse des demandes de primes, Crucke et De Bue pointent aussi la lourdeur administrative du système. Un problème qu’ils entendent bien régler rapidement : “Dans les prochains mois, le gouvernement a l’intention de simplifier les procédures d’accès aux primes Energie et Rénovation. Nous travaillons également pour remettre de l’audit énergétique au cœur du dispositif. Cet audit permettra de définir les travaux prioritaires, calculer le montant des primes liées et programmer les travaux pour qu’ils s’enchaînent de manière optimale. Cela, dans une optique d’utilisation intelligente des moyens mis à disposition par la Région”, concluent-ils.

>>>CONSULTEZ LE TABLEAU DETAILLE DES PRIMES ICI<<<