Politique belge

Certains bureaux centraux connaissent actuellement de gros bugs informatiques, notamment dans la région bruxelloise.

Les problèmes de totalisation des votes de préférence, survenus vers 19 heures persistaient à 23 heures, a indiqué Stéphane De Mul, porte-parole de la cellule élection du SPF Intérieur. "Il a été demandé aux bureaux de votes concernés par cette problématique de rester disponibles jusqu'à minuit", a-t-il précisé. Une nouvelle communication est attendue à ce moment. "La problème n'est pas liée au déroulement des opérations de vote, mais à la totalisation", explique Stéphane De Mul. "On s'est rendu compte que dans certains cantons il y avait des incohérences par rapport à la totalisation des votes nominatifs. Le programme a détecté des erreurs dans le comptage de ces votes et rejette, dans ces cas, les disquettes. Le SPF Intérieur a décidé de stopper la transmission des résultats et cherche une solution avec la firme qui a développé le programme". Ce dernier a été agréé par un organisme d'avis indépendant. Il a été conçu spécifiquement pour ces élections, puis testé et certifié. "Au niveau des votes de listes, aucun problème n'a été détecté", assure Stéphane De Mul.

Ces problèmes sont survenus plus précisément dans la circonscription de Bruxelles, à l'exception de Saint-Gilles et de Woluwe-Saint-Pierre qui utilisent l'ancien système de comptage.

A Liège, le système informatique ne parvient pas à lire les données contenues sur 43 des 148 disquettes. D'après certaines sources, des assesseurs de ces cantons auraient déjà été renvoyés chez eux, ce qu'infirme le SPF.

La cellule élection relève également des erreurs dans les deux cantons germanophones, certains cantons de la circonscription de Liège, les cantons de Durbuy, Frasnes-lez-Anvaing et Lens. Le SPF Intérieur a décidé dès lors de suspendre provisoirement la diffusion des résultats concernant la Chambre et la Région dans ces cantons électoraux.

"Le sort du résultat des élections est entre les mains de techniciens"

"Le sort du résultat des élections est entre les mains de techniciens et totalement hors du contrôle des citoyens", a dénoncé dimanche soir Michel Staszewski de l'association citoyenne "PourEVA" (Pour une Éthique du Vote Automatisé), alors que le SPF Intérieur a annoncé une suspension de la diffusion des résultats dans plusieurs cantons en raison d'une incohérence lors de la totalisation des votes de préférence. "Ce n'est pas la première fois qu'un bug informatique perturbe le dépouillement des votes. Ce système manque de transparence, c'est un scandale pour la démocratie", poursuit M. Staszewski.

L'association a déploré l'introduction dans un certain nombre de cantons où l'on vote papier d'un système de dépouillement assisté par ordinateur (Depass) sans "qu'aucune procédure de contrôle citoyen de ce système ne soit organisée".

Ces systèmes informatiques (vote électronique et dépouillement assisté) rencontrent des problèmes régulièrement et ne permettent pas d'obtenir les résultats plus rapidement, a ajouté Michel Staszewski.

Le SPF précise que "le matériel de vote électronique est hors de cause et que la solution s'oriente vers le logiciel de totalisation des votes développé spécifiquement pour ces élections et certifié selon les normes imposées".

Lambertz: "pas de résultat le soir du scrutin en Communauté germanophone, une première"

Le ministre-président germanophone, Karl-Heinz Lambertz, a regretté dimanche soir que les résultats des élections pour la plus petite entité fédérée ne soient pas connus, à la suite d'un important problème technique. "Pas de résultats le soir du scrutin, c'est une première depuis 40 ans", a indiqué M. Lambertz qui tient tout de même à relativiser la situation. "Par rapport à ce qu'il s'est passé au musée juif (de Bruxelles, où une fusillade a fais samedi quatre morts, ndlr), la situation est totalement insignifiante", a ajouté le ministre-président, précisant que la représentation de la Communauté germanophone a occupé ces bâtiments durant quinze ans.

A propos des résultats du scrutin qui seront probablement connus ce lundi, M. Lambertz a précisé qu'à l'avenir, il était indispensable de disposer d'un système "fiable".

Peu d'interventions techniques durant le déroulement des votes

Les services techniques du Service public fédéral (SPF) Affaires intérieures ont réalisé quelque 550 interventions techniques dans les bureaux de vote, a indiqué dimanche vers 16h30 Stéphane De Mul, le porte-parole de la cellule élection. Concernant le vote papier, la cellule n'a pas eu connaissance de problèmes particuliers. A la clôture à 16 heures, elle dénombrait environ 550 interventions pour le vote électronique, soit moitié moins que durant les élections communales de 2012. Il s'agit principalement d'interventions mineures. Aucun problème majeur n'a réellement paralysé le processus électoral, selon M. De Mul.

Ce dernier estime que le nouveau système mis en oeuvre en Flandre et en Région bruxelloise est aujourd'hui rôdé, alors qu'il avait été la cause de plusieurs problèmes techniques notables lors de sa première utilisation aux dernières élections communales.

La cellule élection attend désormais les résultats des dépouillements des votes, une opération qu'elle s'attend à voir durer jusqu'à deux ou trois heures du matin.

Plusieurs politiques ont critiqué la situation