Politique belge

Alors que le débat sur l'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite a repris de plus belle, le ministre-président wallon Willy Borsus (MR) assure dans un entretien publié vendredi par Le Soir, que "la position du gouvernement wallon est très claire, il s'agit d'avoir une attitude offensive pour le respect des droits de l'homme par rapport à certains pays, dont l'Arabie saoudite". 

"Nous sommes demandeurs d'une attitude coordonnée avec les autres pays européens et qu'on ait la même lecture des textes de loi. Un embargo d'une seule région, d'un seul pays n'aura aucun impact international, notamment sur le respect des droits de l'homme", nuance cependant le libéral, qui a approuvé cette semaine 25 contrats d'exportation d'armes wallonnes vers l'Arabie saoudite.

Il serait "incompréhensible" que "nous nous imposions, nous, un embargo en pensant pouvoir ainsi changer quelque chose", ajoute Willy Borsus, qui se défend de toute "hypocrisie" ou "naïveté". "Ce serait plus facile de dire 'on décide au niveau wallon et, pour le reste, je suis tranquille'. Ou de faire de la symbolique qui ne change rien dans les faits. Je veux vraiment faire bouger les choses", assure le ministre-président de Wallonie, qui soutient donc la demande d'un "embargo européen ou des Nations Unies".