Politique belge

C’est une première ! Pour la Wallonie en tout cas. Vingt chercheurs issus de la plupart des universités francophones et néerlandophones du pays se sont penchés sur les élections communales de 2012 en Wallonie. Son nom ? "Les élections communales de 2012 en Wallonie". Il est publié chez Vanden Broele en partenariat avec l’ULG. Le résultat ? Une somme qui servira de base de travail pour de nombreux politologues et qui intéressera sans doute tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la politique. L’exercice est amené à se répéter lors des prochains scrutins communaux. En Flandre, ce type d’étude est réalisé lors de chaque élection communale. Elles permettent de comprendre l’évolution de la vie politique locale et les grandes tendances qui la marquent.

Les électeurs distribuent, les partis jouent

C’est Jean Faniel, le directeur général du CRISP qui préface l’ouvrage, il y voit de très nombreux intérêts : "Le premier grand intérêt est que cet ouvrage se penche sur le niveau local qui n’a jamais été vraiment étudié par le passé. Le second intérêt est qu’il démontre que même le niveau local a un intérêt de portée générale. Je rappellerai l’exemple de la désignation de Paul Magnette comme bourgmestre de Charleroi qui a eu de très nombreuses conséquences pour le PS".

L’ouvrage aborde la question du nom des listes, de la référence de celles-ci à un grand parti national, de la présence ou non de candidats d’ouverture, des alliances préélectorales, de la présence sur les listes de mandataires d’autres niveaux de pouvoirs ou encore de la différence avec les élections provinciales qui se déroulent le même jour. Tous ces points qui sont développés ci-contre permettent de comprendre un niveau de pouvoir qui touche profondément le citoyen de manière concrète dans sa vie quotidienne. "Cet ouvrage donne écho à la jolie formule de Johan Ackaert : "les électeurs distribuent les cartes, les partis jouent avec". Mais ce faisant, ils complètent aussi en quelque sorte cette maxime, puisque plusieurs contributions montrent comment les partis confectionnent en amont le jeu de cartes lui-même - sans même parler des règles du jeu" conclut jean Faniel.

Un chapitre du livre est consacré aux élections communales à Bruxelles. Nous pointerons que le scrutin dans les 19 communes de la Région bruxelloise est presque exclusivement dominé par les quatre grands partis francophones. Les partis flamands et les listes locales y jouent un rôle marginal.