FDF: la progression de la N-VA est le plus cinglant échec

BELGA Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Pour le président des FDF Olivier Maingain, "le plus cinglant échec de la réforme de l'Etat dont le premier volet et sur point d'être voté est le fait que la N-VA continue de progresser". Et de se demander s'il n'est pas temps pour les francophones de se donner un destin pour pouvoir exprimer leur point de vue avec autant de fermeté que le font les Flamands.

La Chambre votera vendredi la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV), la nouvelle procédure de recours pour la nomination des bourgmestres des communes à facilités et le refinancement de Bruxelles. Le Sénat quant à lui votera jeudi la réforme de BHV judiciaire. Le parlement en aura ainsi terminé avec le premier volet de l'accord institutionnel intervenu avant la formation du gouvernement Di Rupo entre huit partis (6 de la majorité fédéral, Ecolo et Groen).

A la veille de ce pas important, M. Maingain a rappelé l'opposition de son parti à cette réforme.

La scission de BHV concédée par les francophones est une scission pure et simple qui préfigure le confédéralisme, a répété M. Maingain. "Dès que cette réforme sera entrée en vigueur, les flamands diront qu'il est scandaleux qu'il n'y a plus d'élu flamand pour représenter Bruxelles à la Chambre et les francophones admettront ce raisonnement et accepteront de négocier une représentation garantie des flamands dans cet arrondissement", a-t-i ironisé.

Il a souligné que non seulement cette réforme ne donne toujours pas l'autonomie constitutive à Bruxelles mais qu'en plus le refinancement de Bruxelles est loin d'être aussi important que ce qu'on essaye de faire croire.

Sur ce dernier point, M. Maingain a notamment mis l'accent sur le fait que 50% du montant de 461 millions d'euros de refinancement prévu en 2015 seront affectés à des politiques qui ne bénéficient pas exclusivement ou prioritairement aux Bruxellois. Mais en plus, dit-il, au-delà de 2015, le juste financement de la Région bruxelloise à l'exclusion des pouvoirs locaux et des commissions communautaires, sera organisé afin de ne pas dépasser 0,1% du PIB ce qui maintient ce financement dans une perspective conjoncturelle et non structurelle. M. Maingain a cité le chiffre de 370 millions d'euros en 2016.

Publicité clickBoxBanner