Fédérés/fédéraux: relance et synergies riment

P.P. Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Parallèlement à son contrôle budgétaire, le gouvernement Di Rupo vient donc d’amorcer un premier train de mesures de relance. Il devra être complété à l’automne. En concertation avec les partenaires sociaux; en synergies aussi avec les Communautés et Régions. Début juillet, fédéraux et fédérés ont ainsi décidé de créer un groupe de travail commun, chargé d’élaborer une stratégie de relance elle aussi commune. On savait déjà que le gouvernement flamand va insister sur les charges salariales, le coût énergétique, la politique de l’emploi. Côté bruxellois, le ministre-Président Picqué a cité la construction et l’accès à la propriété parmi les priorités régionales. Et côté sudiste ?

Voici que des pistes de mesures ont été listées, jeudi dernier, par les deux gouvernements Demotte. Les Wallons et les francophones, explique-t-on officiellement, souhaitent par là concourir au développement de leurs propres politiques en mettant la priorité sur les mesures de Marshall 2.vert et de "Creative Wallonia" en innovation.

Sur 10 feuillets, les propositions déjà concertées avec le CESW (les partenaires sociaux wallons) ont trait à la compétitivité des entreprises, la création d’emplois, le pouvoir d’achat des citoyens, etc. On trouvera là tour à tour :

- des mesures déjà annoncées par le fédéral, singulièrement l’abaissement de charges sur les trois premiers emplois en PME et des exonérations fiscales supplémentaires dans la recherche;

- des sujets qui sont d’apanage régional et communautaire, mais qu’il est utile de négocier avec le fédéral, en particulier dans le champ de manœuvres fiscal : élargissement du mécanisme Tax Shelter au financement d’entreprises innovantes, réductions de TVA (travaux scolaires, assainissement/réhabilitation de sites pollués), mécanismes de zones franches, création de livrets d’épargne spécifique (sur le modèle français du "livret développement durable"), ou encore fiscalité adaptée "aux éventuelles nouvelles alliances emploi-environnement" (on rappelle ici qu’après évaluation, courant 2013, des premières en cours sur la rénovation des bâtis, un deuxième thème d’alliances devrait être choisi entre agroalimentaire durable, mobilité, déchets, eau, etc.);

- à l’inverse, des domaines d’abord fédéraux mais où les fédérés ont leur mot à dire. Le document sudiste répète ici les priorités ferroviaires wallonnes;

- des compétences encore fédérales mais qui devraient ne plus le rester, touchant notamment à la réforme du bail à ferme et au financement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi.

Ainsi, on cogite ici à paysage institutionnel inchangé. On ne confondra donc pas ces futures négociations automnales sur la relance ni avec la suite de la réforme de l’Etat, ni avec les articulations budgétaires entre entités, ni par ailleurs avec la réflexion entamée par les autorités de Wallonie sur son "Horizon 2022". Même si tout se tient, et s’il faudra tâcher de clarifier tout ça.

Publicité clickBoxBanner