Politique belge

Vendredi dernier, Abdelkrim Benatiq, ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, rencontrait différents responsables politiques belges. Au menu de ces palabres, d'après le quotidien LeMatin.ma : "les préoccupations de la communauté marocaine et la coopération avec la Belgique".

Sven Gatz, ministre flamand de la Culture, Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, et André Flahaut, ministre du Budget et de la fonction publique de la Fédération de Wallonie-Bruxelles, ont selon "Le Matin" évoqué des sujets comme l'intégration, l'importance de la culture, la coopération bilatérale ou les partenariats avec le royaume du Maghreb.

C'est dans ce contexte qu'André Flahaut a notamment émis le souhait de promouvoir l’enseignement de la langue arabe dans les écoles francophones. Une position qu'il a réaffirmée sur Twitter ce lundi : "Dans le cadre de mes échanges avec M. A. Benatiq, j'ai souligné la nécessité de promouvoir rapidement l'enseignement de la langue arabe dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C'est une question de respect et un pas de plus vers le vivre-ensemble".


Le socialiste a dans la foulée été réprimandé par deux libéraux. Par l'échevin bruxellois Alain Courtois, tout d'abord. "Qualité de l’orthographe en baisse constante, méconnaissance récurrente de la première langue du pays et j’en passe. J’émets des doutes quant aux priorités exposées par André Flahaut ! Faut-il aussi rappeler que Bruxelles manque cruellement d’actifs parlant les langues de l’UE?"


C'est ensuite Georges-Louis Bouchez, conseiller communal montois et délégué général du MR, qui est monté au créneau, avec davantage de virulence. "Il est évident qu'ils n'ont pas encore suffisamment saccagé l'enseignement. Apprendre le néerlandais, l'anglais ou l'allemand doit être moins important... Une déclaration populiste aux relents électoraux. Ils ont abandonné les ouvriers au profit du communautarisme."