FLANDRE - Rififi entre le CD&V et le nouveau pouvoir à Courtrai

Rédaction en ligne et Belga Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Politique belge

La N-VA fait une percée importante dans de nombreuses communes flamandes.

Janssens : "L'initiative est à présent à Bart De Wever"

Le patron des nationalistes flamands, Bart De Wever, a remporté dimanche une éclatante victoire politique en battant nettement le socialiste Patrick Janssens à Anvers au cours d'un scrutin local qui voit la N-VA s'imposer un peu partout en Flandre, plaçant d'emblée sa formation en position de force pour les élections cruciales de 2014. "Ce que nous avons fait aujourd'hui est un tournant historique", a commenté dimanche soir le président des nationalistes flamands depuis son QG de campagne anversois, après avoir été longuement acclamé par ses sympathisants.

Selon les résultats de plus de trois quarts des bureaux dépouillés à Anvers, Bart De Wever s'impose nettement, avec 36,3% des voix, devant le cartel sp.a-CD&V emmené par le bourgmestre sortant, Patrick Janssens, qui recueille 29,6% des suffrages.

Le président de la N-VA a tenu dimanche à remercier le travail accompli par le bourgmestre sortant, qui de l'aveu général a abattu un travail considérable au cours des dix années, donnant un nouveau visage à la plus grande ville de Flandre.

M. De Wever ne s'est toutefois pas prononcé dimanche soir pour une quelconque préférence en matière d'alliance. "Les négociations de majorité, c'est pour demain! Ce soir, place à la fête! ", a lancé M. De Wever, ajoutant qu'il rencontrerait dès lundi "tous les leaders politiques" locaux en vue de former une coalition.

Les résultats provisoires semblent toutefois plaider pour une coalition entre les nationalistes et les socialistes, lesquels contrôleraient ensemble 40 des 55 sièges au conseil communal.

Cette défaite de Patrick Janssens signera vraisemblablement son retrait de la scène politique anversoise. Au cours de la campagne, le bourgmestre sortant avait en effet assuré qu'il ne deviendrait jamais échevin sous le maïorat de Bart De Wever.

En début de soirée dimanche, et bien avant le discours de Bart De Wever, il avait reconnu sa défaite: "Nous avons perdu les élections", avait-il déclaré devant la presse. "L'initiative est à présent à Bart De Wever".

Victorieux du duel le plus suivi du pays, Bart De Wever terrasse aussi à cette même occasion le Vlaams Belang qui tombe sous la barre des 10%. Le parti avait réalisé 33% il y a six ans à peine. Un fait d'armes que le président de la N-VA n'a d'ailleurs pas manqué de souligner dans son discours, dimanche soir. "Anvers fut longtemps considérée comme la capitale du radicalisme. C'est période se finit aujourd'hui", a-t-il notamment savouré.

Autre surprise: la véritable percée du Parti des Travailleurs de Belgique qui arrive en quatrième position dans la ville portuaire avec 8,6% des voix, vraisemblablement aux dépens de Patrick Janssens. Le PVDA devance même les écologistes de Groen (8,3), qui doublent pourtant leur score.

Douloureuse pour les socialistes anversois, la soirée l'est aussi pour la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, qui avait spécialement emménagé à Anvers pour tenter d'y relancer l'Open Vld en perte de vitesse.

Celle-ci rate totalement son pari, sa liste ne réalisant que 5,4% à peine... La victoire de la N-VA à Anvers, ainsi que dans de nombreuses communes du nord du pays, constitue un véritable coup de tonnerre pour la gouvernement fédéral d'Elio Di Rupo.

M. De Wever s'était en effet employé au cours de la campagne à transformer ce scrutin local en un référendum pour ou contre la coalition papillon, rebaptisée "belasting regering", le gouvernement des impôts.

"Cette élection montre que le gouvernement n'est plus soutenu par une majorité des Flamands", a d'ailleurs pointé dimanche soir M. De Wever.

"J'appelle Elio Di Rupo et les hommes politiques francophones à prendre dès lors leurs responsabilités et engager avec nous une réforme confédérale" du pays, a-t-il lancé avant de se rendre à pied à l'hôtel de ville d'Anvers pour y célébrer sa victoire.

Anvers : le Vlaams Belang offre ses services à la N-VA

Le Vlaams Belang, laminé dans les urnes à Anvers dimanche, a offert ses services à la N-VA de Bart De Wever pour monter une coalition.

"Le Vlaams Belang a semé pendant des décennies afin que la N-VA et Bart De Wever puissent maintenant moissonner", a commenté dimanche le chef de file du Belang anversois, Filip Dewinter.

"Le choc de titans entre Patrick Janssens et Bart De Wever a coûté énormément de voix au Vlaams Belang", a-t-il reconnu, tendant une main au président de la N-VA pour monter une coalition.

Ensemble, les deux partis détiendraient une majorité d'une voix à peine au conseil communal anversois, soit 28 des 55 sièges.

Vlaams Belang: des élections avancées à fin 2012

Le président du Vlaams Belang Bruno Valkeniers a annoncé lundi qu'il ne briguerait pas le renouvellement de sa fonction à la prochaine élection à la tête du parti, par ailleurs avancée de trois mois après la défaite électorale de dimanche. La direction du Vlaams Belang dit assumer la responsabilité de la défaite.

Elle estime que ses électeurs ayant choisi la N-VA l'ont fait soit par stratégie, soit en croyant que la N-VA pourrait mettre en oeuvre une partie du programme du Vlaams Belang, mais pas spécialement pour se distancier du programme du parti.

A ses yeux, le parti doit entamer un renouvellement et une modernisation afin de mieux préparer les élections de 2014, raison pour laquelle l'élection présidentielle a été avancée de mars 2013 à la fin de cette année, selon un communiqué du président du VB Bruno Valkeniers.

Ce dernier a fait savoir qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat à la tête du parti.

Ailleurs en Flandre, l'Open VLD et surtout le Vlaams Belang enregistreraient de fortes pertes.

Helemaal Hasselt conclut un accord de majorité avec le CD&V

La liste Helemaal Hasselt de la bourgmestre Hilde Claes a conclu un accord de majorité avec le CD&V dans le chef-lieu de la province du Limbourg. Mme Claes reste bourgmestre.

La liste du bourgmestre, composée de membres du sp.a, de Groen et d'indépendants, obtient cinq échevins, tandis que le CD&V en aura trois en plus da la présidence du CPAS.

Les négociations sur le contenu de l'accord de majorité débuteront dans les prochains jours.

Helemaal Hasselt a obtenu 33% des suffrages, tandis que le CD&V du député européen et ex-jounaliste Ivo Belet est troisième avec 22,7%. La N-VA a obtenu 25,5%.

La N-VA victorieuse à Saint-Nicolas: résultats définitifs

La N-VA a remporté dimanche l'élection dans la ville de Sint-Niklaas, selon les résultats définitifs. Les nationalistes y enlèvent 28,5% des voix, tandis que le cartel rouge-vert emmené par la bourgmestre Christel Geerts ne fait que 25,7%. Le Vlaams Belang y perd plus de la moitié des sièges qu'il y détenait dans la ville. La N-VA décroche 13 sièges au conseil communal, soit un de plus que la liste sp.a-Groen. Le CD&V enlève, lui, 7 sièges tandis que l'Open Vld perd pour sa part un siège. Les libéraux y conservent deux sièges seulement. Le Vlaams Belang chute lourdement, passant de 11 sièges à 5 seulement.

Louvain: le sp.a largement en tête à la moitié des comptages

Le sp.a emmené par le bourgmestre Louis Tobback menait la course largement en tête, dimanche après-midi à Louvain, après le dépouillement de 37 des 77 bureaux de vote. Les socialistes sont pointés à 31%, devant la N-VA (19,5%), le CD&V (18,6%) et Groen (15,2%).

Une coalition contre la N-VA à Hal

Les nationalistes flamands ont remporté dimanche les élections locales dans la commune de Hal (Brabant flamand), enlevant 29,9% des suffrages. La N-VA y devance le CD&V du bourgmestre sortant Dirk Pieters, qui réalise 23,7% des voix.

Le troisième parti à Hal est le sp.a, qui tombe à 15,8%. L'Open Vld fait 10,5% seulement, devant le Vlaams Belang qui chute très lourdement à 6,1%, juste devant Groen (5,1%).

Le CD&V, le sp.a et l'Open VLD ont décidé de faire une coalition pour prendre la majorité.

Bourg-Léopold : Le président du CD&V Wouter Beke s'impose face au bourgmestre socialiste sortant

Le CD&V emmené par son président Wouter Beke a remporté dimanche les élections locales à Bourg-Léopold (Limbourg), arrachant 30,5% des voix, devant le bourgmestre Erwin Van Pée (sp.a) qui arrive deuxième, avec 27,8% des voix, selon les résultats complets.

Les nationalistes de la N-VA arrivent, eux, en troisième place, avec 22%, loin devant le Vlaams Belang, 4e, avec 10,2% des suffrages.

Zaventem : L'Open Vld reste la première formation

En 2006, les libéraux flamands avaient obtenus 35,6%. Le bourgmestre sortant, Francis Vermeiren, a obtenu le meilleur score en voix de préférences (1.703), alors qu'il occupait la dernière place. Annoncé sur le départ, il s'était toutefois une nouvelle fois profilé comme candidat-bourgmestre au cours des derniers jours. La N-VA qui s'était présentée en cartel avec le CD&V en 2006, avait alors décroché 18,4% avec les démocrates chrétiens. Elle a donc obtenu cette fois davantage de voix, seule. Le CD&V emmené par Eric Van Rompuy a obtenu 12,1% des voix. L'Open Vld occupera onze sièges sur 31, UF sept, la N-VA six, sp.a-Groen-Leef quatre et le CD-V trois. Le Vlaams Belang n'a obtenu aucun siège.

Ostende Vande Lanotte secoué

"Ce sont des élections mitigées, l'électeur a voté pour une part localement et pour une part d'un point de vue national", a déclaré dimanche le vice-Premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte en réaction aux résultats provisoires des élections. Dans sa commune, Ostende, M. Vande Lanotte a reçu un coup de semonce, mais la majorité devrait tenir le coup. A Ostende, le sp.a du bourgmestre Jean Vandecasteele reste le premier parti, avec 33% des votes après dépouillement de la moitié des bureaux. Il y a six ans, les socialistes avaient fait 45%.

La N-VA devient le deuxième parti, avec plus de 22%, soit dix sièges. L'Open Vld de Bart Tommelein perdrait un siège et en conserverait cinq. Le CD&V obtient trois sièges.

Groen, emmené par le député fédéral Wouter De Vriendt, gagne trois sièges et aurait donc quatre conseillers communaux. Le Vlaams Belang serait en forte perte.

La majorité, composée du sp.a, du CD&V et de l'open Vld, disposerait actuellement de 24 des 41 sièges.

Courtrai : Vincent Van Quickenborne obtient le maïorat, le CD&V dénonce une "coalition antidémocratique"

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) accède au mayorat à Courtrai, a-t-il annoncé lundi lors d'une conférence de presse. Il formera une majorité avec la N-VA et le sp.a pour renverser les chrétiens-démocrates, au pouvoir dans la commune depuis 150 ans. Le plus grand parti de Coutrai, le CD&V de Stefaan De Clerck, est donc renvoyé dans l'opposition. M. De Clerck lui-même a obtenu 7.323 voix de préférence, contre 7.132 voix à M. Van Quickenborne.

La nouvelle coalition pèse 22 sièges sur 41 au conseil communal : 9 pour l'Open Vld, 7 pour la N-VA et 6 pour le sp.a.

Mais cette coalition est "antidémocratique", estime le CD&V local. "La logique du vote serait que le CD&V et Stefaan De Clerck prennent la direction d'une coalition. Mais l'anti-atmosphère des dernières semaines s'est traduite dans une anti-coalition. Face à ce scénario anti-démocratique, même la plus grande famille politique est impuissante", déplorent les chrétiens-démocrates.

"Le temps n'est pas bon à Courtrai". Tels ont été les premiers mots de M. De Clerck au cours d'une conférence de presse. "J'éprouve des sentiments mitigés. Je savais que la politique pouvait être rude. Il est inconcevable que la N-VA et le sp.a aient participé à cette histoire alors qu'il n'y a aucun courant de mécontentement. Deux tiers des habitants étaient contents et, avec un tiers des voix, nous aurions dû être à nouveau le centre de l'équipe au pouvoir. J'ai été trahi et je suis indigné", a souligné l'ancien ministre de la Justice.

M. De Clerck a assuré qu'il ne se laisserait pas guider par la rancune et qu'il tirera une nouvelle énergie de son indignation. L'émotion était palpable au cours de la conférence de presse. Certains colistiers et membres de la famille de M. De Clerck ont fondu en larmes.

Majorité absolue pour l'Open Vld à Berlare

L'Open Vld a obtenu dimanche la majorité absolue à Berlare aux élections communales. Le parti du commissaire européen Karel De Gucht a manqué la majorité des suffrages d'un cheveu - 49,2% - mais aura 14 des 23 sièges de conseillers communaux. M. De Gucht est bourgmestre en titre de Berlare mais avait pris la deuxième place de la liste Open Vld. La bourgmestre faisant fonction, Katja Gabriëls tirait la liste.

Le CD&V est le deuxième parti en ordre d'importance, avec 19,8% et cinq sièges, la N-VA troisième avec 15,7% et 3 sièges, le sp.a quatrième avec 9,7% et un siège. Le Vlaams Belang n'atteint pas le seuil électoral et doit abandonner ses deux sièges.

L'Open Vld fait un peu mieux qu'en 2006. Les libéraux flamands avaient obtenu, en cartel avec Vivant, 44,9% et une majorité absolue au conseil communal. Ils avaient inclus le sp.a dans le collège.

Herent aura elle aussi un mayeur N-VA

Le commune de Herent (Brabant flamand) aura une bourgmestre N-VA en la personne de Marleen Schouteden. Son parti, qui a remporté le scrutin local, en noué dimanche soir un accord de majorité avec le CD&V et le sp.a.

Mme Schouteden était jusqu'ici échevine en charge notamment de la Jeunesse et du Tourisme.

Sp.a-Groen arrive au pouvoir à Vilvorde

La liste sp.a-Groen l'a emporté dimanche lors du scrutin communal à Vilvorde, avec 24,8%. Tous les bureaux ont été dépouillés. En 2006, le cartel avait obtenu 18,6% des voix à Vilvorde. Il avait ensuite formé une coalition avec le CD&V/N-VA, l'Open Vld-Vivant, sp.a-Spirit et Groen. Le cartel CD&V/N-VA avait obtenu le poste de bourgmestre, confié à Marc Van Asch.

Le CD&V a dégringolé de 25% (en cartel) à 13,3%. La N-VA a obtenu 16%. L'Open Vld baisse de 20,1% à 15,9% et le Vlaams Belang de 21,9 à 8,6%.

64,6 pour cent pour Pieter De Crem et le CD&V/N-VA à Aalter

Le ministre de la Défense et bourgmestre en titre d'Aalter, Pieter De Crem, a obtenu dimanche une majorité absolue dans sa commune. Le cartel CD&V/N-VA a attiré 64,6% des suffrages. M. De Crem fait mieux qu'en 2006. Le CD&V avait alors obtenu 63,9% et 16 des 25 sièges du conseil communal. Cette année, le cartel remporte 19 des 25 sièges.

Groen devient le deuxième parti à Aalter, avec 20,7% et cinq sièges. L'Open Vld obtient 9,2% et un siège, le Vlaams Belang n'atteignant quant à lui pas le seuil électoral.

Dans un communiqué, M. De Crem a affirmé que le CD&V/N-VA a "aplati" l'opposition.

Ypres : En cartel avec la N-VA, le CD&V de Leterme obtient son meilleur résultat local

L'ancien Premier ministre Yves Leterme, tête de liste d'un cartel CD&V-N-VA à Ypres, a remporté le scrutin local, sa liste une majorité absolue de 21 sur 33 sièges à pourvoir, soit une progression de deux sièges.

Secrétaire-général adjoint de l'OCDE depuis bientôt un an, M. Leterme a félicité dimanche soir Bart De Wever pour son succès, soulignant immédiatement dans la foulée que celui-ci ne constituait pas la "catastrophe que certains avaient souhaitée, et beaucoup d'autres espérée".

Pour Yves Leterme, il appartient maintenant à la direction du parti et à son président de tirer les conclusions du scrutin, où les directions locales, provinciales et nationale doivent avoir leur mot à dire.

Louvain : le sp.a et le CD&V reconduisent la majorité

Le bourgmestre de Louvain, Louis Tobback, a annoncé dimanche soir la reconduction de l'accord de majorité entre son parti, le sp.a, et le CD&V pour diriger la ville. Il a fait état d'un accord "verbal" entre les deux partenaires, lors d'un bref point de presse.

Avec les seize sièges obtenus par le sp.a et les neuf du CD&V, les deux partis disposent d'une majorité de 25 sièges sur 45, ce qui est "suffisant" selon M. Tobback.

La répartition des mandats au sein du collège des bourgmestre et échevins restera également inchangée, avec respectivement six et quatre.

Le sp.a et le CD&V dirigent ensemble Louvain depuis 18 ans.

A Fourons, l'écart se creuse entre Voerbelang et R@L

Voerbelang, le parti du bourgmestre N-VA Huub Broers, a maintenu dimanche sa majorité absolue à Fourons et creuse même encore un peu plus l'écart avec le parti Retour@Libertés de José Smeets qui secrètement espérait pouvoir maintenir ses six sièges. Or, au soir de ces élections, Voerbelang gagne un siège supplémentaire et passe à dix. "Mais, Huub Broers se retrouve personnellement sanctionné avec une perte de 200 voix", a affirmé M. Smeets qui admet n'avoir rien pu faire pour enrayer les votes néerlandais vivant dans la commune en faveur de Voerbelang "dont le seul candidat hollandais a réalisé le moins de voix", a-t-il ajouté.

La commune de Fourons compte 27% d'électeurs néerlandais dont "85% sont inscrits pour voter". Au CPAS, le résultat de 2006 - cinq Voerbelang et 4quatre R@L - est confirmé, Nico Droeven s'offrant le leadership en termes de voix de préférence.

En 2013, R@L fêtera ses 50 ans de combat et "nous aurons à cœur de rappeler notre appartenance lors des élections fédérales de 2014", a annoncé la tête de liste francophone.

Le scrutin a été perturbé par des problèmes électroniques durant trois heures.

La N-VA enlèverait un quart des conseillers provinciaux de Flandre

La N-VA a remporté dimanche un grand nombre de sièges dans les différents conseils provinciaux du nord du pays. Le CD&V reste de justesse le plus grand parti au Limbourg et en Flandre occidentale.

Selon les résultats encore partiels, le groupe N-VA au sein du conseil provincial de la province d'Anvers devrait ainsi être deux fois plus grand que celui du CD&V.

En Flandre orientale ainsi qu'en Brabant flamand, la différence entre les deux anciens partenaires de cartel est de plus de 5 points.

Les chrétiens-démocrates flamands restent premiers uniquement au Limbourg et en Flandre occidentale, avec plus de 27%.

Le sp.a et l'Open Vld se disputent la troisième place du podium des provinciales avec des scores entre 10 et 19%.

Alost : La N-VA s'impose devant la bourgmestre Ilse Uyttersprot (CD&V)

La N-VA a remporté dimanche le scrutin local dans la ville d'Alost (Flandre orientale) avec 31,1% des suffrages, ce qui assure à la formation nationaliste 15 sièges sur 43.

La liste de la bourgmestre Ilse Uyttersprot (CD&V) arrive en deuxième position avec 17,3%, ex-aequo avec l'Open Vld qui recueille... 2 voix de moins que la formation chrétienne-démocrate.

Le Vlaams Belang, qui avait été premier en 2006, s'effondre ici aussi.

Tongres : Patrick Dewael choisit le sp.a comme partenaire de coalition

L'ancien ministre fédéral Patrick Dewael (Open Vld) a reconduit dimanche son mayorat à Tongres (Limbourg), où il a conclu après la publication des résultats électoraux un accord avec le sp.a.

La liste Tongeren.nu (Open Vld et CD&V) de l'ancien président de la Chambre a décroché 14 sièges sur 31, échouant à obtenir la majorité absolue. La coalition conclue avec les socialistes flamand dispose ainsi de 23 sièges.

Brakel : dans le fief De Croo, Herman passe le relais à Alexander

A Brakel (Flandre orientale), fief de la famille De Croo, le fils Alexander a ôté dimanche l'écharpe mayorale de l'épaule de son père Herman. Le jeune président de l'Open Vld, qui emmenait cette liste familiale, a récolté 2.202 voix de préférence, tandis que son père en glanait 1.711.

Herman De Croo était bourgmestre de Brakel depuis 2001. Son fils avait déjà fait comprendre qu'il assumerait le mayorat s'il obtenait plus de voix que lui. L'Open Vld emporte 41,9% des voix et est premier parti. Herman De Croo a confirmé la reconduction de la coalition formée avec le sp.a (15%), en place depuis douze ans.

Bruges : le sp.a et le CD&V lient langue en vue de former une coalition

Le sp.a et le CD&V élaborent une coalition pour gouverner Bruges avec l'ancien ministre Renaat Landuyt (sp.a) comme bourgmestre, a confirmé lundi la tête de liste CD&V Dirk De Fauw.

Après une nuit de décomptes manuels dus à des problèmes techniques du vote électronique, le sp.a (14 sièges) a pris la mesure du CD&V (13 sièges) comme premier parti de la ville, avec à peine 150 voix d'écart. L'Open Vld (5 sièges) et la N-VA (10 sièges) sont donc désormais sûrs de rejoindre l'opposition. Groen (6 sièges) et le Vlaams Belang (3 sièges) complètent le conseil communal.

"Nous avons un accord de base sur base duquel nous allons négocier", a déclaré M. Landuyt.

Saint-Trond : L'ex-ministre CD&V Veerle Heeren devient bourgmestre

L'Open Vld et le CD&V ont décidé de convoler à Saint-Trond. Les chrétiens-démocrates livreront le bourgmestre en la personne de l'ancienne ministre Veerle Heeren. Elle succède au socialiste Ludwig Vandenhove.

Mme Heeren, qui dément toute conclusion d'un pré-accord électoral, défend l'union. "Nous avons un projet positif. Nous avons toujours bien collaboré avec l'Open Vld. Il est donc normal que nous poursuivions".

Roulers: premier parti, la N-VA est mise hors jeu par une coalition Olivier

Le CD&V, le sp.a et Groen ont signé lundi un accord de principe pour diriger Roulers dans les six prochaines années sous la houlette du bourgmestre sortant Luc Martens (CD&V), rejetant ainsi la N-VA dans l'opposition malgré sa première place au nombre de voix. Le CD&V et le sp.a-Spirit était en coalition sous la précédente mandature, dans cette commune de Flandre occidentale de près de 60.000 habitants.

Dimanche, la N-VA y a décroché 29,2% des voix, devenant premier parti avec 1,2 point de pourcentage d'avance sur le CD&V. "C'était en effet incroyable. Je n'avais reçu aucun signe en ce sens", a commenté Luc Martens. "Quoi qu'il en soit, même s'il y avait eu des élections directes, je serais resté bourgmestre. La démocratie n'a donc pas été mise à mal", a-t-il commenté.

Oud-Heverlee : Pas de 7e mandat consécutif pour Albert Vandezande

Albert Vandezande (Fusiebelangen), 70 ans, ne sera plus bourgmestre d'Oud-Heverlee, une commune qu'il a dirigée pendant six mandats consécutifs. Il a été rejété dans l'opposition par la N-VA, le CD&V et Groen, nouveaux partenaires de majorité.

Adri Daniëls (CD&V) accède au maïorat pour les quatres premières années. Il passera ensuire le relais à Alexander Binon (N-VA) pour les deux dernières années de la législature.

Le député N-VA Theo Francken devient bourgmestre à Lubbeek

Le député N-VA Theo Francken accède au mayorat de la commune de Lubbeek (Brabant flamand), après avoir conclu un accord de majorité avec le CD&V et la liste Lubbeek Leeft, une dissidence de l'Open Vld. La N-VA a obtenu 7 sièges à Lubbeek, le CD&V 6 et Lubbeek Leeft 2. Les trois disposent d'une majorité de 15 sièges sur 23. Les trois partis promettent de mettre un terme au chaos politique qui prévaut dans la commune depuis plusieurs années. La coalition sp.a-OpenVld ne disposait plus de majorité à Lubbeek depuis le départ de plusieurs libéraux. Le ministre flamand de l'Intérieur Geert Bourgeois (N-VA) avait même menacé de nommer un commissaire gouvernemental parce que le budget n'était pas approuvé.

Le mayorat de Gand, "lueur du sp.a en ces temps difficiles"

Le bourgmestre de Gand Daniël Termont (sp.a) a été accueilli avec enthousiasme lundi matin à l'entame du bureau de parti des socialistes flamands, au lendemain d'un scrutin qui a vu la retentissante défaite d'un autre mayeur sp.a, l'Anversois Patrick Janssens. "Notre lueur en ces temps difficiles", a lancé l'eurodéputée Kathleen Van Brempt au mayeur gantois, qui a remporté la majorité absolue dimanche.

Pour l'ancien ministre Bert Anciaux, les résultats de dimanche "ne constituent pas une surprise totale". La baisse dans plusieurs villes doit être nuancée, "car nous venions de très haut, et là où nous reculons, nous restons encore souvent les premiers".

Bert Anciaux a milité aux côtés du président de la N-VA Bart De Wever dans les rangs de la Volksunie. Interrogé sur l'évolution de la N-VA, il a émis le souhait qu'elle "ne glisse pas davantage vers la droite, ce qu'elle a déjà fait en partie".

Le Bruxellois Pascal Smet a constaté le bilan mitigé de son parti. "On perd, on gagne. A Bruxelles en tout cas, nous avons gagné pas mal de conseillers probablement aussi d'échevins".

Malines : Le sp.a exclu de la table des négociations

La tête de liste des socialistes flamands à Malines, Caroline Gennez, n'a pas reçu d'invitation à négocier une coalition avec le bourgmestre sortant Bart Somers (Open Vld), déplore-t-elle lundi. Le sp.a fait actuellement partie la majorité sortante à Malines, mais n'a jusqu'à présent pas été invité à négocier pour la prochaine législature. Selon le bourgmestre, les discussions devaient débuter lundi matin.

Selon Mme Gennez, l'absence de son parti est due à un jeu politique. "Plusieurs sources m'ont informé qu'un pré-accord avait été conclu le 6 décembre 2011 entre l'Open Vld et la N-VA pour former une coalition de droite. Sur la liste du bourgmestre, les libéraux n'ont obtenu que 8 sièges sur 16, les 8 autres étant décrochés par les partis progressistes Groen et M+. Pour honorer ce pré-accord, M. Somers doit donc entraîner ses partenaires de la liste du bourgmestre."

Selon la tête de liste socialiste, la conférence de presse organisée dimanche en fin de soirée avait donc pour but de salir le sp.a. Lors de celle-ci, Bart Somers et Kristof Calvo (Groen) ont avancé que les socialistes avaient promis l'écharpe mayorale à la N-VA si les nationalistes s'opposaient à la liste du bourgmestre. Cette version est fermement démentie par Mme Gennez.

Publicité clickBoxBanner