Politique belge

Voici les acteurs qui gravitent autour de Stéphane Moreau.

Stéphane Moreau est bourgmestre de la commune d’Ans et administrateur-délégué de Nethys, société privée dépendant de l’intercommunale Publifin et active dans l’énergie (distribution et production d’énergie renouvelable), les médias/télécoms et le secteur financier. Selon le site Cumuleo, il exercerait quelque 15 autres mandats dans des organismes liés à sa fonction de bourgmestre et sociétés publiques et privées. Une grande partie de ces mandats concerne des sociétés liées à Nethys (Publipart, Ogeo, Socofe, Publilec,…). Pour donner ses instructions, ordres et autres recommandations à son cercle professionnel, Stéphane Moreau procède uniquement par textos. "Il n’adresse jamais un email, nous dit-on. C’est le style du bonhomme : fort, discret et directif, presque agressif". Sa garde rapprochée le sait et s’en accommode docilement.


André Gilles

Ne lui cherchez pas un chouïa de charisme, il n’en a pas. Pas plus qu’une once d’éloquence. Qu’à cela ne tienne : le Sérésien préside aujourd’hui Publifin, la plus grosse intercommunale de Wallonie, de même que sa filiale privée Nethys. Merci qui ? Merci Stéphane Moreau. Les deux hommes ont travaillé de longue date à la concrétisation de leurs ambitions économiques, dans la Cité ardente d’abord, puis au-delà. Pur produit de l’appareil socialiste, André Gilles fait partie de ces "bons soldats" qui ont réussi à se hisser non sans surprise jusqu’aux plus hautes sphères liégeoises politico-économiques d’influence et de pouvoir. Son truc : s’arrimer solidement au toujours bourgmestre d’Ans et puissant patron de la nébuleuse ex-Tecteo, et s’y tenir. Par ailleurs président de la députation provinciale liégeoise dont il défend l’image avec ardeur, l’homme aux 17 mandats, dont 7 rémunérés, ne présente toutefois guère de menaces pour ses quatre petits camarades du "club des cinq" (Stéphane Moreau, Alain Mathot, Jean-Claude Marcourt et Willy Demeyer). L’individu préfère l’ombre à la lumière, surtout lorsqu’il s’agit d’évoquer son empire économique. Au fil du temps, André Gilles s’est assuré une place de choix et de poids au sein du PS liégeois.

(...)