L'accusation "gratuite" de Verhofstadt

Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Par la voix de son Vice-président Ben Weyts, la N-VA a jugé samedi la critique de l'ancien Premier ministre Guy Verhofstadt à ce point excessive qu'il est "difficile d'y réagir avec sérieux". Invité du "grand oral" de la Première (RTBF), samedi, l'ex-Premier ministre a notamment dit que le courant nationaliste, actuellement dominant en Flandre, mais aussi ailleurs en Europe, était une voie sans issue dans le contexte de la mondialisation.

L'ex-Premier ministre a ouvertement critiqué la N-VA, en jugeant que son co-listier Patrick Dewael "n'a pas tort" de dire que cette formation est un parti d'extrême droite "quand on voit qu'il y a beaucoup de gens de l'extrême droite sur ses listes".

"Verhofstadt avait aussi qualifié Sarkozy, d'extrémiste de droite. C'est typiquement lui: tout qui ne partage pas ses analyses pompeuses, est directement extrémiste de droite. Cela s'inscrit dans l'offensive finale des partis traditionnels contre la N-VA", a réagi Ben Weyts.

Celui-ci a dit craindre que cela ne s'aggrave dans les semaines à venir. Ben Weyts a également jugé que la N-VA était le seul "vrai parti pro-européen, plaidant depuis longtemps pour l'application intégrale des recommandations européennes en matière de réformes socio-économiques".

Publicité clickBoxBanner