Politique belge

Joëlle Milquet (CDH), inculpée en 2016 pour "prise illégale d’intérêt", en lien avec huit membres de son cabinet soupçonnés d’emplois fictifs lorsqu’elle était ministre fédérale de l’Intérieur, a demandé des devoirs complémentaires d’enquête ayant mené aux auditions de collaborateurs d’autres cabinets ministériels de l’époque (2014), rapportaient, samedi, "Le Soir" et "L’Echo". Ces demandes datent de mars 2016 mais les auditions ont eu lieu au printemps dernier, a-t-on appris samedi.

Quatre ou cinq conseillers du vice-Premier MR Didier Reynders ont été entendus, mais aussi des collaborateurs de la vice-Première PS d’alors, Laurette Onkelinx, d’Olivier Chastel, alors ministre MR du Budget, et d’Annemie Turtelboom (Open VLD).

Ces devoirs "ne visent qu’à expliquer et démontrer la légalité et la normalité du statut des engagements, des missions et des congés des collaborateurs dans les cabinets en général", a indiqué le conseil de Mme Milquet, Me Adrien Masset. Certains s’étaient plaints que Joëlle Milquet tente de faire tomber d’autres politiques avec elle.