Politique belge

ISPPC : le Ministre des Pouvoirs Locaux met en demeure l’institution et demande à la task-force de poursuivre ses investigations.

Via un communiqué de presse, le ministre des pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) vient de déclarer que l'intercommunale avait jusqu'au 8 septembre pour appliquer "sans restriction" les recommandations de la task-force envoyée sur place suite aux scandales révélés dans la presse et au mail anonyme qui dénonçait des malversations de la part de dirigeants.

Cette task-force a saisi, dès fin mai, plusieurs piles de documents de l'ISPPC et a analysé le fonctionnement de l'intercommunale des hôpitaux. Sa mission était de réaliser un audit et de poursuivre les investigations portant sur le caractère avéré ou non des "révélations" et sur les règles de gouvernance internes de l’entreprise en lien avec les éléments problématiques relevés par la presse.

"Les investigations ont été menées sur de multiples fronts. Le premier rapport intermédiaire de la task-force nous est parvenu le 3 juillet. Ce dernier pose certains constats et formule un certain nombre de recommandations. Ce rapport a également été communiqué à l’ISPPC et l’institution a été mise en demeure d’appliquer, sans restriction, les recommandations et de fournir, pour le 8 septembre, un rapport explicitant les différents dispositifs mis en place pour rencontrer celles-ci", explique le cabinet du ministre.

Les élements relayés notamment dans nos pages ce 7 juillet, la fraude sociale à l'Espace Santé "ne font que jeter à nouveau le discrédit sur la gestion de l’institution. Cette accumulation de faits contestables sur le plan du droit ne peut perdurer davantage. L’ISPPC doit impérativement rétablir la pleine et entière compatibilité de ses activités avec les dispositions légales en vigueur, notamment en matière de gouvernance."

Pour lundi 10 juillet, l'ISPPC est sommée de "mettre fin à l’ensemble des faits potentiellement répréhensibles relevés dans la presse de ce 7 juillet" ainsi que ceux résultants du rapport de la task-force. "Passé ce délai et à défaut de réponse satisfaisante, Pierre-Yves Dermagne proposera au Gouvernement de désigner un commissaire spécial à l’ISPPC."