La Belgique priée de "couper dans les dépenses de santé"

BELGA Publié le - Mis à jour le

Politique belge La Commission européenne a adressé mercredi une nouvelle série de recommandations socio-économiques à la Belgique - comme à chaque Etat membre de l'Union - dans le cadre du semestre européen de coordination des politiques.

Elle recommande notamment à la Belgique de couper dans les dépenses de santé, de lier l'âge de la pension à l'espérance de vie, d'augmenter le capital des banques les plus fragiles et de faire basculer la fiscalité du travail vers des taxes environnementales. La Belgique devrait "continuer d'améliorer la durabilité à long terme de ses finances publiques en réduisant les dépenses liées au vieillissement, y compris les dépenses de santé", selon la Commission.

Plus précisément, elle devrait "mettre en oeuvre la réforme des pensions et prépensions et introduire des mesures liant l'âge légal de la pension à l'espérance de vie".

Le pays devrait aussi "augmenter davantage le capital des banques les plus faibles pour renforcer la solidité du secteur bancaire en sorte qu'il puisse jouer son rôle normal de prêt à l'économie".

La Commission réitère également son appel à la réforme de l'indexation des salaires. Elle préconise en particulier des "accords all-in" entre les partenaires sociaux plutôt qu'une indexation automatique, ainsi que des clauses dérogatoires aux conventions collectives.

La Belgique est appelée par ailleurs à "un transfert significatif des taxes du travail vers des taxes moins défavorables à la croissance, y compris des taxes environnementales".

Le pays devrait encore accroître la concurrence dans plusieurs secteurs économiques importants (commerce de détail, énergie, télécoms, poste et transports) et prendre des mesures pour limiter ses émissions de CO2 dans le secteur des transports.

Ces recommandations s'inscrivent dans un vaste exercice européen de coordination socio-économique. L'UE s'efforce depuis longtemps, notamment avec l'ancienne stratégie de Lisbonne, de faire converger les politiques de ses Etats membres, mais la crise de la zone euro a mis en lumière la nécessité d'une convergence plus forte. Un semestre européen de coordination a donc été mis en place pour inciter tous les Etats à se mettre au diapason des priorités européennes. Les recommandations nationales présentées mercredi, assorties d'un document détaillé pour chaque pays, constituent une étape centrale de ce semestre. Elles seront validées au sommet européen de juin et devront ensuite servir de référence pour les gouvernements.

L'an dernier, à l'occasion du premier semestre européen, la Commission avait déjà adressé six recommandations à la Belgique, relativement similaires à celles présentées mercredi. Dans un document d'évaluation, également diffusé ce mercredi, elle fait état d'une mise en oeuvre partielle de certains points, saluant la réforme des pensions, le renforcement de l'observatoire des prix et de la CREG ou l'accord sur le budget. L'indexation des salaires, depuis longtemps un point de litige entre l'Europe et la Belgique, est la seule recommandation qui n'a pas du tout été suivie jusqu'à présent, estime la Commission.

Publicité clickBoxBanner