Politique belge

La fédération bruxelloise du PS a désigné trois "sages" pour sortir la section de Schaerbeek de la crise, a-t-elle annoncé vendredi. 

Le président de celle-ci, Georgy Manalis, a présenté sa démission alors que la procédure de désignation de la tête de liste pour les élections communales est en cours. Le 16 novembre, les socialistes de la Cité des ânes devaient désigner ce candidat au cours d'une assemblée générale. La veille, M. Manalis et la secrétaire Marie Van Hamme ont écrit à la présidente de la Fédération, Laurette Onkelinx, pour lui annoncer qu'ils jetaient l'éponge, a rapporté la RTBF sur son site internet.

Les raisons de cette décision demeurent floues, selon la chaîne publique qui évoque des querelles personnelles et des jeux d'influence autour des trois candidats, soit M. Manalis, le député bruxellois et conseiller communal Emin Ozkara et le conseiller de CPAS Matthieu Degrez.

Les trois "sages", à savoir l'ex-échevin Jean-Pierre Van Gorp, Catherine Werts et Taoufk Ben Addi, devront faire rapport à la Fédération d'ici le 24 novembre.

"Ce rapport doit permettre de mener à bien le processus de préparation des prochaines échéances électorales en s'appuyant sur l'ensemble des forces vives du PS de Schaerbeek", indique le communiqué de la Fédération.

En quelques années, la section schaerbeekoise a connu une vague de départs. Le plus emblématique est celui de Laurette Onkelinx. L'ex-vice première ministre avait pris les rênes de la section et espérait prendre le maïorat à Bernard Clerfayt (DéFI) en 2006. Le bon score de celui-ci et le ralliement d'Ecolo ont ruiné durablement ses espoirs. L'ex-chef de cabinet de Rudi Vervoort, Yves Goldstein, a également quitté la section, de même que Catherine Moureaux partie à Molenbeek. Quant à M. Van Gorp, il a annoncé qu'il ne se représenterait plus en 2018.

Le PS est le deuxième parti de la commune mais siège dans l'opposition depuis 2006.