Politique belge


Le PS n'était pas présent uniquement dans le conseil d'administration du Samusocial, relatent dans leurs colonnes du jour les deux journaux flamands (De Morgen et HLN). Au-delà des rémunérations perçues par les principaux administrateurs, des membres du PS bruxellois semblaient également faire travailler dans l'ASBL des personnes de leur propre famille.

Ainsi, le frère de l'ex-bourgmestre de Bruxelles y occupait le poste de responsable du matériel. Les quotidiens du nord du pays parlent aussi de la fille de Laurette Onkelinx. Pour cette dernière, les différentes sources des journalistes divergent sur le job occupé. Certaines parlent de travail rémunéré et spécialement créé pour elle; d'autres parlent de simple stage. "La fille de la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx, Sara, a bien exercé un emploi au sein du Samu social," a admis Mme Onkelinx, par la voix de la porte-parole de la présidence de la fédération. "Il s'agissait d'un emploi que la jeune femme a exercé de 2011 à 2013 qui n'était pas fictif, contrairement à une hypothèse avancée dans ce sens dans les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws, dans leur édition de mardi, sur foi de témoignages anonymes."

Enfin, la fille de Pascale Peraïta, ex-présidente du CPAS, y travaillerait toujours. Pour le journal De Morgen, sans préjuger des compétences des membres de la famille des caciques du PS de Bruxelles, cela démontre comment le parti de gauche a "cadenassé" l'aide aux plus démunis.