Politique belge

La N-VA a demandé mardi soir au ministre de l'Emploi Kris Peeters (CD&V) de rejeter la demande de Carrefour d'accorder la prépension aux travailleurs âgés de 56 ans. Pour la formation nationaliste, partenaire du CD&V au gouvernement fédéral, ce serait "un très mauvais signal", au moment où beaucoup d'entreprises recherchent désespérément du personnel. 

Pour le député fédéral N-VA Jan Spooren, la prépension à 56 ans fragiliserait la politique du gouvernement fédéral visant à rencontrer les nombreuses offres d'emplois ouvertes et le besoin de travailler plus longtemps.

"Ce serait un recours inapproprié à une politique qui est démantelée."

Le député de la Nieuw-Vlaamse Alliantie a été rejoint dans son appel par le ministre flamand de l'Emploi Philippe Muyters (N-VA), lequel a appelé son collègue au fédéral Kris Peeters à adapter la législation où à céder la compétence à la Flandre.

Auparavant, le cabinet du ministre Peeters avait indiqué que les Régions devraient donner un avis contraignant sur les prépensions pour les travailleurs âgés de 56 ans et plus prévues par le protocole d'accord conclu lundi soir entre la direction et les syndicats de Carrefour.

L'octroi d'une prépension par le biais d'une mesure appelée régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC) exige un accord du fédéral, mais aussi désormais des Régions, en vertu de la 6e réforme de l'Etat.

Carrefour étant présent tant en Wallonie qu'en Flandre et à Bruxelles, ces trois Régions devront rendre un avis contraignant, avait souligné le cabinet de M. Peeters (CD&V), interrogé par l'agence Belga.