Politique belge

La N-VA réagit à la proposition de refédéralisation du MR, et se paie la tête du parti.

Plusieurs personnalités du MR ont décidé de prendre leur plume pour lancer un appel vers une refédéralisation de certaines compétences, comme la Mobilité, l’Energie, la Santé, etc. Effectivement, celles-ci étaient passées dans le giron des régions au fil des réformes de l’État. Le MR tente par-là d’avoir, disent-ils, une plus grande cohérence dans les dossiers.

Par contre, plusieurs personnalités rejettent cette proposition. Et la N-VA, très portée sur une régionalisation des compétences, en profite pour tacler le MR.

"Quand ils (le MR) réclament de remettre les soins de santé wallons, leurs propres politiques de mobilité, d’énergie et d’agriculture sous curatelle fédérale, le MR en revient à dire qu’ils ont besoin des Flamands pour mettre de l’ordre en Wallonie", écrivent Sander Loones, vice-président de la N-VA et Matthias Diependaele, chef de groupe N-VA au Parlement flamand.

Par la suite, ils disent croire dans les capacités de la Wallonie pour s’en sortir seule. Ils poussent, faussement gentiment, le MR à avoir confiance en lui-même et confiance en la Wallonie.

Ils concluent même que "la N-VA n’acceptera jamais qu’une politique flamande en soins de santé, d’enseignement, de mobilité, d’immigration ou de sécurité soit à l’avenir définie par des socialistes ou des communistes wallons", disent-ils avant de répéter leur préférence pour un confédéralisme plutôt qu’un fédéralisme.

Le président du MR a pour sa part annoncé que ce n'était pas le moment pour une discussion institutionnelle de la sorte et qu'il faudra attendre 2019 pour en discuter.

La lettre dans son intégralité: