Politique belge

La taxe Caïman, qui vise les deniers que les Belges ont logé dans des paradis fiscaux, n'a rapporté l'an dernier que 5 millions d'euros, soit un centième des 510 millions que le ministre des Finances Johan van Overtveldt a inscrits au budget, selon un article paru dans Het Laatste Nieuws, mardi.

C'est le parti socialiste flamand sp.a qui alerte de la situation, sur base de chiffres du SPF Finances. En 2016, la taxe Caïman a rapporté 48 millions d'euros. La forte baisse enregistrée l'an dernier est à attribuer, selon le sp.a, à des "trous" dans les dispositions fiscale. Jusqu'en 2017, les trusts pouvaient échapper à la taxe et beaucoup de propriétaires de ces constructions juridiques les ont donc démantelées sans payer d'impôts, selon le député Peter Vanverthoven (sp.a).

Pour M. Van Overtveldt, les chiffres ne sont pas mauvais: "L'objectif de la taxe Caïman était de décourager les constructions offshore. Sur ce terrain-là, c'est réussi et cela implique une augmentation des recettes fiscales belges", dit-il.

"Ce n'est pas une surprise" pour Laaouej

Le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej n'est pas surpris par l'annonce selon laquelle la taxe Caïman sur l'évasion dans les paradis fiscaux n'a rapporté que 5 millions d'euros sur les 510 millions d'euros budgétisés. "La baudruche se dégonfle, ce n'est pas une surprise", a-t-il réagi.

"Depuis le début, nous ne cessons de dire au PS que les estimations ne sont basées sur rien, une analyse confortée par la Cour des comptes selon laquelle il est impossible de vérifier les estimations du gouvernement", a indiqué M. Laaouej. Selon lui, "les fanfaronnades du gouvernement Michel et du ministre des Finances Johan Van Overtveldt tombent aujourd'hui à plat".

Le ministre N-VA a relativisé cette présentation de la situation en indiquant qu'elle était la preuve de l'efficacité de la taxe Caïman, les revenus évadés ayant été réintroduits dans le circuit au profit des caisses de l'Etat. "Qui peut encore croire de telles sornettes? ", se demande Ahmed Laaouej.

"A l'échec de la mesure s'ajoute la tartuferie budgétaire gouvernementale", ajoute le chef de groupe socialiste, les 5 millions d'euros encaissés sur 510 millions d'euros budgétisés n'ayant pas été contestés. "Il y a donc un trou supplémentaire d'un demi-milliard d'euros dans le budget. Cela explique probablement la volonté du gouvernement de reporter l'équilibre budgétaire", a-t-il analysé. "Ce gouvernement est dans la malfaçon budgétaire depuis le début de la législature. Concernant la gestion des finances publiques, c'est un zéro pointé", juge-t-il.

Enfin, Ahmed Laaouej estime "consternant" le silence de la ministre MR du Budget Sophie Wilmès sur la quasi-absence de rendement de la taxe Caïman.

"Trop facile pour le gouvernement de ne pas faire son travail" (Ecolo)

Les recettes "faméliques" de la taxe Caïman sur les revenus des constructions fiscales à l'étranger démontrent que le gouvernement fédéral n'a pas fait son travail de bonne perception des recettes fiscales, a dénoncé mardi Ecolo.

"Depuis le début, Ecolo a réclamé des mesures anti-abus beaucoup plus efficaces et a mis en doute le montant de recettes annoncé fièrement par le ministre des Finances. Cette préoccupation reste entière aujourd'hui face à des recettes faméliques", indique le député Georges Gilkinet (Ecolo) dans un communiqué.