Politique belge L'affaire est ancienne déjà mais elle pourrait embarrasser le tout nouveau président des Jeunes socialistes, Maximilien Lerat. Sans doute une erreur de jeunesse : en 2012, on apprenait qu'il avait tourné comme figurant dans un clip de rap à l'esthétique pornographique et aux paroles particulièrement violentes à l'encontre des femmes. Dans cette vidéo musicale du rappeur "L'AB2C", les femmes ne sont en effet que des objets sexuels livrés aux fantasmes masculins du chanteur.

Quelques extraits : "Elle a voulu me donner la main, elle m'a tenu par le zgueg (le sexe, en argot), Et maintenant c'est qu'elle se maquille avec des traces de sperme. Arrête un peu ton blablabla, ton charabia, tu peux rester chez toi si c'est la semaine des ragnagnas. (...) Après ça je t'emmènerai faire des tours en bus, Et quand tu me suces, tu pourras garder ton ours en p'luche. (...) Pour comprendre mes mots, tu n'as pas besoin d'un dico, D'ailleurs t'as vite compris quand je t'ai croqué l'abricot." (Sic) On vous épargne le reste...

Voilà qui est particulièrement fâcheux pour celui qui est censé incarner la ligne idéologique et la dignité de la jeunesse socialiste, alors que les violences sexistes infligées aux femmes font régulièrement les grands titres des médias depuis l'affaire Weinstein qui a secoué Hollywood.

Suite à nos demandes, Maximilien Lerat a réagi et s'explique : "Ce n’est pas la première fois que ce "scoop" ressurgit et le principal serait même de se demander pourquoi cela ressort à nouveau maintenant ? Sinon, comme je l’ai déjà évoqué, ma participation dans ce clip était une erreur de jeunesse et je le juge et le vis comme tel. C’était il y a plus de 7 ans, j’avais 19 ans et puisque vous m’obligez à évoquer ma vie privée, j’avais l’espace de quelques temps côtoyé, via ma petite amie de l’époque, des personnes qui faisaient de la musique, tournaient des clips, etc. C’est ainsi que j’ai été amené à figurer dans un de ceux-ci avec insouciance et même imprudence quand je vois que cela continue malheureusement à vivre. A l’époque, j’avais déjà mon histoire personnelle et mes convictions chevillées au corps mais j’étais loin de penser que je me serais un jour présenté aux élections ni même à la présidence d’un mouvement de jeunesse politique. Depuis lors, mon engagement s’est structuré et mes valeurs se sont renforcées. Parmi celles-ci, puisque que je dois me défendre sur ce point et que ça ferait tomber de leur chaise ceux qui me connaissent bien et qui me côtoient, l’égalité entre les femmes et les hommes. Dans ma vie militante, dans les actions et les débats auxquels je participe, ce principe ne pourra jamais être pris en défaut tant sur le plan de l’égalité salariale, de la lutte contre les violences faites aux femmes ou encore des libertés individuelles pour ne citer que quelques exemples. J’ai présidé les jeunes socialistes de Charleroi durant +/- 4 ans et jamais à un seul moment je n’ai manqué de soutenir ces combats progressistes. J’en resterai là."


Avertissement : ce clip contient des images et propos susceptibles de heurter.