Politique belge

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), est convaincu de l'importance de l'adaptation du taux de TVA sur les produits d'hygiène intime. "Le dossier est prêt depuis longtemps et attend la discussion au conseil des ministres. 

Si tout le monde joint le geste à la parole, cela peut se faire rapidement", a réagi son porte-parole à la campagne lancée lundi par Test-Achats dans Le Soir et De Standaard. L'organisation de défense des consommateurs trouve qu'il est grand temps que le ministre s'attaque à cette "taxe tampon". Selon Test-Achats, elle est l'exemple même de la discrimination. Les ministres du Budget, Sophie Wilmès (MR), et de l'Economie, Kris Peeters (CD&V) se sont dits favorables à sa réduction. Le gouvernement Michel a promis à la fin de l'année dernière de ramener la TVA sur les produits pour l'hygiène intime, comme les tampons ou les serviettes hygiéniques, de 21 à 6%.

La Belgique applique une TVA réduite de 6% sur les produits de base. Test-Achats et des collectifs féministes ne comprennent pas pourquoi les tampons, protège-slips et protections périodiques ne sont pas inclus dans les produits de base.

La députée Ecolo Muriel Gerkens estime que "ce gouvernement n'a pas comme priorités la lutte contre la pauvreté et les discriminations envers les femmes".