Politique belge Le nom est lâché. Ne dites plus FDF mais "Défi".

"Le mot a sa propre signification propre, loin de seules initiales", explique une source proche du FDF à La Libre: "Dé" pour démocrates, "F" pour fédéraliste" et "I" pour indépendants.

Dans ce nouveau nom, on ne retrouve pas de référence au libéralisme social qui fonde l'idéologie du parti amarante. Les résponsables du parti craignaient d'être trop limitatif avec un tel terme.

© Défi


Comme prévu, le parti garde sa couleur amarante et supprime dans son sigle toute référence francophone.


Maingain: "Susciter une plus large adhésion"

Le président du parti Olivier Maingain a bien sûr réagi après ce changement de nom. Avec ce choix, il espère être "encore plus performant", "mieux convaincre" et "susciter une plus large adhésion".

L'engagement francophone de la formation amarante n'est plus son seul engagement, a ajouté le président. "Certes nous faisons preuve de clairvoyance quant aux dangers qui menacent les Wallons et les Bruxellois, mais il faut que la force de notre message aille bien au-delà du cercle de nos plus fidèles électeurs ou adhérents", a-t-il dit d'emblée.

M. Maingain a rappelé que la réflexion menée sur le nom du parti n'était "pas le choix d'un homme ou la volonté d'un petit groupe de décideurs. Elle est selon lui en débat depuis longtemps. Nombre de militants et sympathisants ont répondu au questionnaire présenté l'été dernier et participé aux assemblées qui ont nourri la réflexion interne, a-t-il justifié.

Après une allocution introductive, Olivier Maingain a répondu à un certain nombre de questions des militants.

Le congrès donnera aussi lieu à un débat et à un vote qui d'acceptation ou de refus du changement de nom proposé.