Politique belge À la veille des élections communales, le garçon de la vice-présidente du PS se voit interdire l’accès aux urnes.

Avec une condamnation pour association de malfaiteurs, le fils de Laurette Onkelinx est automatiquement interdit d’exercer ses droits civils et politiques pour plusieurs années.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles vient en effet de trancher ce mardi dans le dossier de stupéfiants qui concernait entre autres Sami G., l’aîné de la vice-présidente du Parti socialiste. Le jeune homme de 28 ans était prévenu pour trafic de drogue. Il était en aveu d’avoir prêté sa voiture - en réalité celle de son père - à l’un de ses amis pour aller vendre de la cocaïne, en juillet 2016. Compte tenu de sa faible participation, le tribunal l’a condamné à une peine de travail légèrement inférieure à celle de ses trois co-prévenus, soit 140 heures plutôt que 180 heures.

Néanmoins, étant donné que la prévention d’association de malfaiteurs a été retenue, Sami G. se voit aussi d’office déchu de ses droits civils et politiques pour quelques années, et donc notamment le droit d’aller voter.

Cette décision, qui tombe quelques jours avant les élections communales, sonne donc comme une double sanction pour le fils d’une des plus grandes militantes socialistes belges. Par ailleurs, le tribunal a également ordonné la confiscation définitive de la VW Golf du père du jeune homme et ex-mari de Laurette Onkelinx. En effet, Sami G. étant conducteur effectif du véhicule, la justice peut le confisquer même s’il n’en est pas le propriétaire. Ce jugement est décidément une tuile pour toute la famille !