Politique belge

Didier Reynders (MR) a mis les choses au clair avec Steven Vandeput (N-VA), vendredi, lors du conseil des ministres restreint (kern).

“On parle à tout le monde” dans le dossier du remplacement des F-16, a dit en substance le vice-Premier libéral au ministre de la Défense. Y compris, donc, aux Français. Mercredi, M. Vandeput avait indiqué à la Chambre que l’offre française en faveur du Rafale n’était, selon lui, pas recevable car remise en dehors de la procédure définie par le gouvernement.

Mais le MR refuse de jeter trop vite cette proposition. Il attend une analyse juridique plus poussée que les deux avis, visiblement trop flous, déjà rendus au gouvernement au sujet de la validité de l’offre française. Le kern a décidé de reporter le débat. Dans l’intervalle, la pression diplomatique française devrait encore s’accentuer.


"MR et NVA ridiculisent la Belgique"

"La procédure de remplacement des F-16 tourne au fiasco", commente Benoît Hellings, député Ecolo-Groen, en réaction aux informations de "La Libre". "Pour éviter toute contestation potentiellement très coûteuse pour le budget de l'Etat, le gouvernement doit immédiatement arrêter ce marché public. Les Verts se sont toujours opposés à ce projet fou. En se chamaillant sur la procédure en cours, MR et NVA ridiculisent la Belgique aux yeux de pays alliés et, surtout, mettent les finances publiques en danger."