Politique belge

La grande réforme de l’enseignement qu’est le Pacte d’excellence se transpose progressivement dans une série de textes législatifs votés ces dernières et prochaines semaines. 

Beaucoup de ces textes dépendent cependant de l’un d’eux : la scission des pouvoirs régulateur et organisateur de l’enseignement officiel. Pour rappel, la ministre de l’Éducation dirige, en Belgique francophone, l’ensemble des réseaux d’enseignement, alors qu’elle organise en même temps le réseau de l’enseignement de la communauté française. Elle est donc à la fois juge et partie, une position difficile à tenir à laquelle le Pacte voudrait mettre fin. 

Le problème est que changer cet état de fait impose une majorité des deux tiers. Le gouvernement PS-CDH a donc besoin du MR, qui vient de claquer la porte des négociations ce lundi. 

Les libéraux jugent que le chiffre de 560 fonctionnaires prévus pour gérer le futur réseau officiel est beaucoup trop élevé. Le MR bloque-t-il le projet momentanément pour jouer aux gros bras ? C’est ce qu’espère le CDH, qui déposera tout de même le texte cette semaine au Parlement.