Politique belge

BE-Alert, c’est ce nouveau système qui permet de prévenir la population en cas de danger imminent ou de catastrophe majeure, comme des inondations ou un incident nucléaire. Pour ce faire, les personnes présentent dans la zone à risque reçoivent un sms d’alerte. Le MR voudrait étendre cette technologie aux disparitions d’enfants.

Le député fédéral Vincent Scourneau a déposé une proposition de résolution en ce sens à la Chambre. Le texte, cosigné par huit de ses collègues libéraux, sera pris en considération ce jeudi lors de la séance plénière de l’assemblée. Il demande au gouvernement d’“étendre le système de notification de masse de la population BE-Alert aux cas de disparitions de mineurs”.

Les trois premières heures sont cruciales

“Dans le cas d’enlèvements, les premières heures des recherches sont primordiales. En effet, dans 76 % des cas d’enlèvements se terminant tragiquement, l’inéluctable a lieu dans les trois heures qui suivent l’enlèvement”, écrit Vincent Scourneau sur base d’une étude américaine. “C’est donc durant les trois premières heures que les chances de retrouver l’enfant sain et sauf sont les plus importantes.”

© BELGA

“La Belgique […] n’est pas à la traîne” dans les processus de recherche d’enfants disparus, souligne le député. Selon lui, Child Focus, qui existe depuis 1998, effectue un travail efficace et important en la matière.

Un complément à la plateforme Child Alert

Parmi d’autres, “Child Focus est […] le gestionnaire de la plateforme Child Alert, un système qui permet d’alerter la population dans le cas d’une disparition ou si la vie de l’enfant est en danger. [L’alerte] est déclenchée par le magistrat en charge du dossier et en concertation avec les enquêteurs. […] Depuis l’application de ce système, en 2011, le système a été activé deux fois”, en 2011 et 2014.

© BELGA

“Si l’on peut se réjouir des statistiques de Child Focus, ce système qui a fait ses preuves peut toujours bénéficier d’améliorations et de nouveaux outils de contact et de collecte d’informations”, poursuit Vincent Scourneau. C’est à cet égard qu’il propose d’étendre BE-Alert aux disparitions d’enfants. Des systèmes similaires existent déjà aux Etats-Unis et en France, par exemple, avec, semble-t-il, un certain succès.

Atteindre une large audience dans la zone critique

“Ce mécanisme permettrait d’atteindre les personnes situées dans la zone de la disparition. Le dispositif permettrait de joindre une audience beaucoup plus large que celle atteinte par le système d’inscription mis en place par Child Focus”, justifie le parlementaire.

Si la proposition de résolution est adoptée dans les mois qui viennent, il reviendra au gouvernement de la mettre en œuvre.