Politique belge

Du côté de la Région wallonne, l’opposition libérale est très remontée contre l’actuel gouvernement PS-CDH-Ecolo. C’est-à-dire l’Olivier. La raison : la crise du photovoltaïque et le changement en cours de route des règles d’attribution des certificats verts. A plus d’un an des élections, Willy Borsus, le chef de groupe MR au parlement wallon, dresse un bilan au vitriol de l’actuelle majorité. Ecolo est particulièrement visé...

Extraits.

On dit que l’ambiance n’est pas franchement très bonne entre partenaires…

L’Olivier est parasité de manière permanente par la concurrence entre les ministres eux-mêmes. Cela a d’ailleurs commencé dès le premier jour ! Souvenez-vous de la dispute entre Jean-Marc Nollet et Marcourt pour savoir lequel des deux allait pouvoir occuper le couvent des Célestines à Namur pour son cabinet Autre problème : certains dossiers pourtant essentiels ont été éclatés entre plusieurs ministres. Par exemple, celui du schéma de développement commercial.

Parmi les trois partis de l’Olivier, il y a un maillon faible ?

Je constate l’extrémisme doctrinaire des écolos. Ils expriment leurs positions comme si c’était une vérité révélée que les opérateurs politiques, économiques et sociaux doivent accepter. Cet intégrisme fait particulièrement mauvais ménage dans une coalition à trois qui contenait les germes de la tension depuis le début.

Est-ce que le ministre-Président du gouvernement wallon, Rudy Demotte, avait la carrure pour créer l’alchimie nécessaire entre partenaires politiques ?

Sa personne n’est pas en question évidemment mais on sent que le chef d’orchestre a perdu la maîtrise de ceux qui devraient jouer en symphonie . On voit combien les choses lui échappent désormais. Depuis des semaines, on est confronté à ce discours ouaté qui consiste à dire "tout va très bien" : dans le dossier des certificats verts, rassurez-vous, une solution va être trouvée. Puis, finalement, on nous dit qu’il y a une solution mais qu’on n’en connaît pas encore les modalités... Mais on voit que cette manière de travailler et d’appréhender la communication politique a fait faillite. Les plan s’additionnent : Horizon 2022, plan Marshall, plan Marshall 2.Vert Ce gouvernement communique tout le temps sur ses plans en s’imaginant que l’image projetée fait la réalité

Découvrez l'intégralité de l'interview de Willy Borsus dans votre Libre de ce lundi.