Politique belge

Le nouveau plan contre la pauvreté du ministre-président wallon Willy Borsus mise sur le retour à l'emploi via cinq axes qui sont proposés jeudi au gouvernement wallon, rapportent jeudi les titres Sudpresse. "Pouvoir intégrer professionnellement une personne est un des éléments majeurs de la lutte contre la précarité matérielle", explique M. Borsus (MR) qui mise sur cinq axes.

D'une part, automatiser progressivement les droits sociaux des personnes: "Je pense par exemple aux suppléments sociaux des allocations familiales, aux droits dérivés de personnes en médiation ou en règlement collectif de dettes", selon M. Borsus.

Il souhaite en outre faciliter la validation des compétences dans les métiers en pénurie pour les "personnes qui n'ont pas poursuivi leurs études, qui sont des réfugiés reconnus, etc. mais n'ont pas le diplôme requis pour exercer un travail dans un secteur où pourtant on embauche, alors qu'ils en ont acquis les compétences dans leur parcours antérieur".

Les dimensions qualification, alphabétisation, préqualification, enseignement de promotion sociale seront associées au Plan individuel d'intégration sociale. Il s'agit en outre d'offrir une formation, un travail de qualification professionnelle à celles et ceux qui n'ont pas droit au chômage mais bénéficient aujourd'hui d'une aide qui leur permet de retravailler dans les secteurs public ou privé le nombre de jours minimum requis pour retrouver un droit aux allocations.

M. Borsus souhaite aussi discuter d'un seuil de 10% de gens remis au travail par commune avec les ministres Jeholet et Debue. Enfin, le Forem pourrait rendre plus accessible les formations aux bénéficiaires d'un minimex, selon le ministre-président.