Le Palais entend participer à l’effort

C.Le Publié le - Mis à jour le

Politique belge

Avant la mini-tornade soulevée par la vraie fausse augmentation des salaires des ministres fédéraux, la N-VA avait déjà décoché un trait dont elle a le secret en direction du Palais royal. Le député Theo Francken avait en effet constaté sur base des documents disponibles que les dotations princières n’allaient pas être gelées mais augmentées de 423000 euros, ce qui les porterait à 14,3 millions d’euros. Le député nationaliste flamand ajoutait que "le Roi a, dans son message de Noël, appelé les Belges à contribuer aux sacrifices nécessaires pour rétablir au plus vite les finances publiques de notre pays. Une mesure qu’il veut voir appliquer par tout le monde mais visiblement par lui-même et sa famille". Interloqués par le communiqué parce que l’accord gouvernemental dit clairement que le Palais participera à l’effort budgétaire général, le ministre des Finances Vanackere (CD&V) et son collègue du Budget Chastel (MR) ont pris contact avec l’administration afin de vérifier pour ce lundi s’il n’y a pas d’erreur dans le document dont s’inspirait l’élu flamingant. Dans ce débat hautement politique, le Palais se tait en français comme en néerlandais mais il faut être de mauvaise foi ou républicain nordiste pour penser que les dotations ne seront pas gelées.

"Albert II n’est pas un hypocrite", précise une source qui connaît bien le chef de l’Etat. "Il n’admettrait pas qu’on ne fasse pas participer le Palais aux restrictions s’il s’y est engagé. Ce qui est le cas puisqu’il l’a clairement dit à Noël !"

On ajoutera que ce n’est pas la première fois que le Palais participe à l’effort général. En juillet 2009, déjà préoccupé par la situation budgétaire, le Roi avait proposé au Premier ministre Leterme que la Liste Civile prenne à sa charge, à concurrence d’un maximum de 600000 euros, une partie des travaux que la Régie des Bâtiments devait effectuer au Palais de Bruxelles en vue de l’accueil pendant la présidence européenne belge du Sommet Europe-Asie (ASEM). En outre, comme "La Libre" l’avait révélé en son temps, l’Intendant Vincent Pardoen traque en permanence les gaspillages énergétiques et une série d’adaptations ont déjà permis de réduire considérablement les factures. Dans son communiqué, Francken se demandait aussi si certains travaux de sécurisation aux résidences royales devaient vraiment être assumés par la Régie des Bâtiments. Il ignore ou feint d’ignorer que l’Etat lui-même veut renforcer la sécurité de son chef. Il n’en irait d’ailleurs pas autrement dans une république. Comme conclut une autre source : "Albert II n’est pas Madonna qui fait appel à des bodyguards privés !" Pour sûr

Publicité clickBoxBanner