Politique belge

"Oxygène", qui se présente comme un nouveau parti politique ouvert aux citoyens de tous bords, a présenté mercredi soir à Fleurus les grandes lignes de l'alternative qu'il veut offrir en Wallonie et à Bruxelles. Charleroi est, après Namur, la deuxième antenne mise en place par Oxygène, ont expliqué ses fondateurs, Walter Feltrin et Barbara Dufour. Si l'idée de mettre en place un parti nouveau est née dans leur esprit lors de la crise de 2007, elle s'est encore davantage ancrée au vu de l'actualité politique et, disent-ils, d'une volonté d'éthique et de transparence, "des éléments qui font cruellement défaut au fonctionnement actuel des partis politiques en place".

Ils réfutent tout populisme, préférant privilégier des méthodes qui, selon eux, ne sont plus le fait d'aucun parti politique: ils évoquent ainsi le besoin d'une véritable réflexion, basée sur les demandes et les suggestions recueillies auprès des habitants qu'ils entendent consulter dans les prochaines semaines. Ils mettent en avant des thématiques prioritaires telles que l'éthique dans la gestion publique, la transparence dans les budgets, ainsi que la sécurité.

Plus généralement, ils vont organiser dès le mois prochain des consultations, en collectant l'avis des habitants sur les priorités qu'ils espèrent voir concrétiser à Charleroi. Les membres du parti n'ont cependant pas encore décidé s'ils présenteraient ou non une liste aux élections communales d'octobre.

Les fondateurs se défendent de vouloir attirer chez eux les déçus d'autres formations, mais leurs portes sont ouvertes, affirment-ils, à tous ceux qui, de bonne volonté et en privilégiant l'intérêt citoyen, adhéreront à la charte de leur parti.

Oxygène revendique actuellement 400 adhérents en Wallonie et à Bruxelles. Depuis son implantation à Namur, une quinzaine de citoyens auparavant affiliés à Défi les ont rejoints.