Politique belge

Des femmes administratrices dans le secteur public. Des femmes dirigeantes d’administration ou d’OIP (organisme d’intérêt public). Il y en a déjà en Wallonie, mais le PS en voudrait plus. A l’occasion de la journée des droits de la femme, ce jeudi, le groupe PS au Parlement wallon dépose deux propositions de décret et une proposition de résolution visant la parité hommes-femmes parmi les hauts fonctionnaires.

Le gouvernement wallon avait, en 2007, fait voter un texte garantissant la représentation maximum de deux tiers d’administrateurs d’un même sexe au sein d’un conseil d’administration dans le secteur public. Le groupe PS veut passer à la vitesse supérieure en souhaitant assurer une présence paritaire. "En laissant quand même la possibilité d’avoir un écart d’un administrateur. Le secteur public doit montrer l’exemple", explique le député Patrick Prévot.

Néanmoins, si ceux qui désignent les administrateurs ne parviennent pas à garantir la parité, ils peuvent y déroger. "Ils doivent alors communiquer au gouvernement wallon les raisons qui motivent cette impossibilité", précise encore Patrick Prévot.

La volonté du PS est la même pour ce qui concerne les collèges communaux et provinciaux. Elle se traduira dans une deuxième proposition de décret.

Trop d’hommes dirigent

Enfin, la proposition de résolution prie le gouvernement wallon de faire en sorte que la parité hommes-femmes soit respectée lors des désignations des directeurs et inspecteurs généraux de l’administration wallonne. Ainsi qu’à la tête des OIP. Devançant le reproche qui pourrait être fait à son parti - de ne pas l’avoir réalisé auparavant -, Patrick Prévot a une réponse : "Le gouvernement PS-CDH dirigé par Paul Magnette l’a quasiment fait, en désignant 20 hommes pour 17 femmes à ces différentes fonctions."

Le PS constate que si les femmes représentent 53,8 % des effectifs des institutions publiques régionales, cette proportion tombe à 47,5 % lorsqu’il s’agit des fonctions dirigeantes. Le député socialiste constate enfin que selon l’Iweps (Institut wallon pour la prospective et la statistique), "les hommes occupent toujours majoritairement les postes dirigeants et de cadres supérieurs avec 69,4 % des postes en 2015 contre 66,8 % en 2009. Autrement dit, la part de femmes occupant en Wallonie un poste à responsabilité a diminué entre 2009 et 2015, marquant ainsi un recul inacceptable dans nos sociétés modernes".