Le réseau diplomatique belge sera bien réformé

Belga Publié le - Mis à jour le

Politique belge Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a confirmé lundi une prochaine "optimalisation" et un "redéploiement" du réseau diplomatique belge pour l'adapter aux "nouveaux défis", précisant qu'il prendrait une décision "au second semestre" de cette année, après les concertations nécessaires, notamment avec ses collègues du gouvernement fédéral, mais en évoquant déjà de premières pistes.

Cette réforme passe aussi par une réorganisation des méthodes de travail de l'administration centrale du département à Bruxelles, a précisé le ministre dans son discours d'ouverture des "journées de contact diplomatiques" annuelles, rassemblant quelque 130 ambassadeurs et chefs de poste rappelés à Bruxelles pour l'occasion.

"Aucune décision n'a encore été prise", a assuré M. Reynders (MR), expliquant la philosophie de son projet à ses diplomates et précisant qu'il prendrait une "décision d'exécution" au second semestre.

"Il s'agit d'optimiser notre réseau dans les enveloppes budgétaires actuelles, à somme nulle", a poursuivi le chef de la diplomatie belge, expliquant qu'il ne s'agissait pas de faire des économies à l'occasion d'un contrôle budgétaire.

"Les décisions que je prendrai, sur proposition du comité de direction (du Service public fédéral Affaires étrangères) pourront être aussi bien des fermetures que des ouvertures de postes ou encore des réorganisations sur base géographique", a encore dit M. Reynders, appelant ses ambassadeurs à formuler des suggestions.

Les Affaires étrangères s'interrogent en effet sur le maintien de la politique décidée par les ministres - et gouvernements - précédents de disposer d'une ambassade dans chacun des 26 autres pays membres de l'Union européenne - comme dans les trois (petits Etats baltes) alors qu'une "présence régionale" est envisageable, comme elle est déjà pratiquée en Amérique latine ou en Afrique.

En réponse à des questions de journalistes, M. Reynders a par la suite également évoqué les pays des Balkans dans la perspective de leur intégration européenne et s'est demandé s'il était nécessaire d'avoir une ambassade à Malte, un pays autrefois "couvert" depuis l'ambassade installée à Rome.

Il a expliqué que la Belgique devrait à ses yeux renforcer sa présence dans les pays émergents, comme la Chine et le Brésil, en mentionnant la création récente du G20.

Le ministre a aussi évoqué de possibles coopérations avec d'autres partenaires, comme ceux du Bénélux, ou le Service européen pour l'Action extérieure (SEAE) dirigé par la Haute représentante de l'UE, Catherine Ashton - avec lequel des concertations ont déjà lieu très régulièrement dans certaines capitales non-européennes.

Selon lui, le travail de réflexion a été entamé depuis plusieurs mois au sein du département, sous l'égide du président du comité de direction, Dirk Achten.

M. Reynders a prévenu que la mise en oeuvre des décisions attendues au second semestre s'étalera "sur une période plus longue". Il a assuré que les décisions - qui devront être approuvées par l'ensemble du Conseil des ministres -, seront prises sur la base de critères objectifs et en toute transparence.

Le réseau diplomatique belge compte actuellement 137 "postes de carrière" dont 89 ambassades, 21 consulats généraux et neuf consulats, dix représentations permanentes, six bureaux de la coopération au développement et deux bureaux diplomatiques relevant des ambassades. S'y ajoutent 289 consulats honoraires (non rémunérés). Le personnel extérieur comprend 433 diplomates, 144 consuls, 64 attachés de la coopération. 144 agents contractuels sont en mission à l'étranger au départ de Bruxelles, comme les agents chargés de délivrer les visas.

Le SPF Affaires étrangères dispose d'un budget d'environ 475 millions d'euros - soit un peu plus d'un pour cent des dépenses primaires de l'Etat fédéral -, dont 280 millions en moyens de fonctionnement et crédits de personnel pour le département à Bruxelles et l'ensemble des postes. Le reste est largement consacré aux contributions belges aux organisations internationales.

Publicité clickBoxBanner