Politique belge

Souvent présentés comme d’incorrigibles “rouspéteurs” qui râlent plus vite que leur ombre, les Belges sont souvent très sévères pour leur pays et la manière dont il se développe mais cela ne les empêche, évidemment, pas de l’aimer…

C’est ce qui ressort en tout cas encore d’un sondage réalisé cet été sur internet par Ipsos Belgique auprès de Belges mais également auprès d’habitants de 23 autres pays de par le vaste monde âgés de plus de 18 ans.

L’objectif ? Etablir la perception de la Belgique sur les plans économique, politique, social, en matière d’investissement et, enfin, comme terre (accueillante) de tourisme. Un coup de sonde qui peut, évidemment, intéresser pas mal d’investisseurs de tous bords et de tous horizons.

Les sondeurs ont aussi eu la bonne idée en ces temps de coups de sang communautaires de demander aux Belges d’établir une hiérarchie dans leurs appartenances respectives.

Il en ressort que 44 % de nos compatriotes se sentent d’abord et avant tout Belges. Délayé sur le plan communautaire, entendez : entre francophones et néerlandophones, cela donne respectivement 55 et 37 %. Par contre 26 % des Belges se considèrent d’abord comme Flamands alors qu’à peine 4 % de nos compatriotes se voient d’abord comme Wallons.

L’on retombe alors à une moyenne de 11 % de Belges qui se considèrent comme Européens et autant comme des citoyens du monde.

Après cette entrée en matière, l’on en vient aux perceptions proprement dites : seulement 24 % des Belges ont une opinion générale positive sur leur pays contre 38 % qui ont un avis contraire.

Lorsqu’on va plus loin dans les détails, les constats ne sont pas très positifs : un Belge sur quatre trouve que la Belgique est économiquement stable pour 64 % qui ne le pensent pas. Sans réelle surprise, l’on constate que la confiance dans le monde politique est plus que jamais érodée : pour 91 % des Belges, la Belgique est politiquement instable alors que 6 % se convainquent de l’inverse en recourant sans doute à la méthode Coué…

Trève de plaisanterie : la stabilité sociale et une certaine attractivité pour les investisseurs sont aussi perçus négativement mais dans un rapport de deux tiers négatifs pour seulement un tiers de visions positives.

Tout serait-il donc perdu fors l’honneur ? Que nenni, les Belges considèrent avec plus que de la sympathie le fait que la Belgique est attractive pour les touristes. Avec ici 69 % d’avis positifs pour seulement 25 % d’avis contraires.

Voilà pour ce que nos compatriotes pensent de leur pays mais lorsque l’on pose la même question à des citoyens d’autres pays, on arrive à des résultats plutôt encourageants mais que l’on doit tempérer en se rendant bien compte de la petite taille des échantillons par rapport aux populations globales. Et en ayant aussi à l’esprit que ce sont des perceptions de personnes généralement très cultivées voire aisées qui ont accès à Internet.

Prêts pour un petit tour du monde ? Ce sont les Russes qui ont la perception la plus positive de la Belgique (6O %) suivis des Indiens (49 %), des Chinois (48 %) et des Indonésiens (41 %).

Suivent ensuite l’Afrique du Sud et la Pologne (chacun 39 %) talonnés par la Turquie (35 %), la Corée du Sud (32) et l’Arabie Séoudite (24 %).

Ce dernier pays compte donc autant d’avis globaux positifs que la Belgique elle-même. Les Brésiliens ne sont pas loin, avec à peine un pour cent de moins d’avis favorables alors que le pourcentage de visions positives tombe alors à 20 % du côté des Italiens. Suivent les Canadiens (18 %), les Japonais et les Britanniques (17 %), les Allemands (16 %), Les Suédois, les Espagnols et les Australiens (15 %).

Les Mexicains et les Argentins complètent ce classement avec 14 % d’avis positifs pour 13 % aux Français. Et enfin, les Etats-Unis ferment le classement avec 12 % d’avis globalement favorables.

Que retenir de ceci ? Que la Belgique se situe dans une bonne moyenne sur le plan de la perception. Comme pour le confirmer, les chercheurs d’Ipsos ont aussi demandé aux citoyens des autres pays de se situer eux-mêmes dans ce classement de la satisfaction.

Il en ressort que les Chinois, les Indiens, les Suédois, les Australiens, les Canadiens et les Saoudiens sont majoritairement contents de la situation générale de leur pays et/ou quasi continent. Les Allemands, les Sud-Africains et les Brésiliens sont raisonnablement satisfaits alors que l’insatisfaction est de l’ordre de deux tiers/un tiers chez les Indonésiens, les Polonais, les Britanniques et les Coréens du Sud. Enfin tous les autres pays dont il a été question ci-dessus comptent des majorités parfois très larges d’insatisfaits. Consolation pour nos gouvernants : il n’y a, façon de parler, que 72 % d’insatisfaits belges alors qu’au bout du classement, 9 Mexicains sur dix éprouvent ce mal-être…