Politique belge

N’allez pas en déduire que jusqu’à présent, il ne s’est rien passé de très sérieux depuis la nomination d’Elio Di Rupo, chargé par le Roi de former une majorité et un gouvernement. L’homme a déjà rencontré le président de la N-VA, Bart De Wever et a passé plusieurs jours à éplucher la note de son prédécesseur, Wouter Beke. Qui soigne comme il peut sa déception d’avoir été déchargé de sa mission sans avoir atteint de véritable objectif. Mais cela est une autre affaire.

Donc, ce mardi, le président du PS recevra, à 11h30, Bart De Wever pour une discussion centrée, cette fois, sur l’assainissement budgétaire. Un sujet on ne peut plus sérieux quand on sait que la Belgique, pour respecter sa promesse de réduire à néant le déficit budgétaire belge à l’horizon 2015, doit identifier des économies de l’ordre de 17 à 20 milliards. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Elio Di Rupo a mis ce sujet à l’avant-plan. Car plus on attend avant d’assainir, plus le délai pour éponger cette terrible facture sera court et plus les sacrifices qu’il faudra imposer à la population seront durs.

Donc ce mardi, ce sont les solutions budgétaires de Bart de Wever qui seront déposées. Mercredi, viendra le tout de Charles Michel, le président du MR. Jeudi, le formateur rencontrera Wouter Beke, pour le CD&V et Laurette Onkelinx, au nom du PS. Vendredi, ce seront Alexander De Croo et Caroline Gennez qui livreront leurs secrets. Lundi, après les bureaux de parti, c’est Joëlle Milquet qui rencontrera le formateur, un formateur qui clôturera ses auditions budgétaires mardi en recevant Jean-Michel Javaux (Ecolo) et Wouter Van Besien (Groen !).

Et après les choses sérieuses ?

Une fois ce premier round d’échanges bouclé, le formateur devrait en entamer un deuxième, dans la foulée. Elio Di Rupo abordera alors avec ses interlocuteurs les principaux dossiers socio-économiques. Ceux-ci doivent s’entendre au sens large car il sera aussi question, autour de la table (on parle toujours de rencontres bilatérales, pas de réunion plénière évidemment, foi de Bart) de santé, de justice, de défense, d’asile, d’immigration. Ces dossiers sont évidemment aussi en lien avec les dossiers institutionnels. Avant de rédiger sa note globale, Elio Di Rupo devrait aussi tester les deux partis libéraux, le MR et l’Open VLD, sur toute une série de thèmes purement institutionnels, Bruxelles, BHV, etc. Car sur ces chapitres précis, les libéraux n’ont, jusqu’à présent, pas encore eu l’occasion de livrer leurs positions précises.

Quand tout cela sera terminé, le formateur devrait, enfin, divulguer son projet global. Qui est donc attendu aux alentours du 15 juin, soit un an après les élections et la désignation de Bart De Wever en tant qu’informateur C’était il y a si longtemps !