Politique belge

Comme à chaque scrutin et après une longue campagne électorale, les candidats espèrent tous décrocher le Graal : un mandat. Mais le jeu politique est cruel. La preuve. Voici les grands battus de ce 25 mai.

Députée fédérale depuis 2007, Juliette Boulet (Ecolo) était deuxième sur la liste dans le Hainaut pour les élections à la Chambre. L'ancienne jobiste pour Greenpeace fait les frais de la perte d'un siège par son parti. Elle n'est donc pas réélue. Tout comme son compagnon et collègue de parti : Emmanuel Disabato . L'ancien Chef de groupe Ecolo au Parlement wallon est éjecté de son siège.

Crédits photo : Belga

Le MR a engrangé un second siège au sein du Parlement wallon dans l'arrondissement de Dinant-Philippeville. Mais Richard Fournaux, quatrième sur la liste, n'a pas été élu. Le bourgmestre de Dinant a été victime de l'effet dévolutif des cases de tête.

Mischaël Modrikamen (PP) réalise un score personnel plutôt honorable à Charleroi, où sa liste obtient 32.000 voix. Malgré tout, le score de son parti (en dessous des 5%) ne lui permet pas d'être élu. Modrikamen affirme être "pénalisé par le système. Avec 30.000 voix, un siège socialiste ou MR est assuré. Nous, le seuil ne nous l'accorde pas." L'avenir politique de l'avocat bruxellois reste plus que jamais incertain. L’ancien M. Météo de la chaîne de télé RTL-TVi , Luc Trullemans, était tête de liste PP à l'Europe. Malgré 6% des suffrages, sa liste ne fait pas un score suffisant pour décrocher un siège. Il est vrai aussi que le candidat - présenté comme un symbole en faveur de la liberté d'expression - est resté particulièrement muet tout au long de la campagne. A se demander s'il s'est réellement investi dans la course...

De son côté, Laurent Louis a annoncé qu'il quittait "la scène politique pour s'engager dans la voie de l'information et de l'éveil des citoyens". Sur sa page Facebook, le désormais ex-député fédéral a tenu à adresser un message à ses "chers amis" dans lequel il n'hésite pas à fustiger, entre autres, le système démocratique belge: "En ce qui me concerne, je suis très fier de mon résultat personnel dans le Hainaut. Avec plus de 13 000 voix de préférence, je suis la 7ème personnalité politique du Hainaut ! Si notre système électoral était vraiment démocratique, je devrais être élu haut la main puisque le Hainaut envoie 18 députés à la Chambre. Malheureusement, notre système électoral n’est pas démocratique mais particratique. Ce sont les partis politiques qui mènent la danse. Avec nos 25 000 voix et nos 3,5%, nous ne parvenons pas à conserver mon siège au Parlement."

Autre personnalité : Jérôme Efong Nzolo (cdH). L'arbitre de football qui se présentait en troisième position à la Chambre dans le Hainaut n'a pas été élu.

Jean-Denis Lejeune (cdH), candidat à la Chambre à Liège, a lui aussi échoué. Son parti n'a récolté que deux sièges alors qu'il devait espérer un troisième pour être élu. De cette liste, c'est donc Melchior Wathelet et Vanessa Matz qui siégeront au Parlement fédéral.