Politique belge

Selon des prévisions émises par l’administration des Finances, en réponse à une demande du ministre Johan Van Overtveldt (N-VA), les recettes fiscales de cette année devraient dépasser de 400 à 800 millions d’euros l’objectif du gouvernement Michel, écrivent "L’Echo" et "De Tijd" mardi. Cela correspond à une évolution des revenus fiscaux meilleure que prévu, qui pourrait avoir pour conséquence, selon le ministre, de maintenir le déficit budgétaire de cette année sous la barre du 1 % de PIB.

Parmi les causes des bons chiffres des 11 premiers mois de l’année, une augmentation des paiements d’impôts anticipés des entreprises et indépendants, qui serait liée à une augmentation des amendes. L’évolution favorable de la croissance économique, qui conduit à une hausse des revenus et à une reprise de confiance du consommateur, a aussi fait grimper les recettes de la TVA et des accises.

Fin des conclaves interminables ?

Voilà pour les infos "techniques". Plus politiquement, la majorité fédérale va pouvoir souffler un peu. La confection de budgets précis semblait être l’un des points faibles de la "suédoise". En général, les recettes fiscales étaient surestimées et, du coup, le gouvernement devait se réunir des nuits durant pour trouver quelques milliards en guise d’ajustement. Le ministre des Finances a, à plusieurs occasions, été étrillé par l’opposition mais aussi au sein de la majorité pour ce qui pouvait passer comme de la mauvaise gestion de sa part. Pour un nationaliste flamand, soucieux de "goed bestuur" et d’orthodoxie budgétaire, cela faisait tache… Les adversaires de la N-VA pensaient avoir trouvé à travers Johan Van Overtveldt un oiseau pour le chat. Mais il semble donc qu’ils devront trouver d’autres angles d’attaque, la reprise économique donnant de l’oxygène aux finances fédérales via les rentrées fiscales.