Politique belge

Le gouvernement a déjà tenu compte des préoccupations exprimées par les associations de journalistes dans l'application des nouvelles règles européennes en matière de protection des données, a expliqué lundi le secrétaire d'Etat à la Protection de la vie privée, Philippe De Backer. Le Conseil d'Etat et la Commission de la Protection de la vie privée ont toutefois émis des objections sur les exceptions prévues pour la presse. Une concertation est en cours. Dans une lettre ouverte, 33 rédacteurs en chefs flamands ainsi que l'association flamande des journalistes (VVJ) ont exprimé leurs craintes à propos de dérogations accordées aux journalistes. L'insuffisance de celles-ci pourrait singulièrement compliquer leur travail, voire le rendre impossible.

"Je défends et je défendrai toujours la liberté de la presse. En première lecture de la loi-cadre, nous avons prévu des exceptions qui permettront aux journalistes de faire leur travail", a souligné M. De Backer.

Mais selon la Commission de protection de la vie privée et le Conseil d'Etat, ces exceptions vont parfois trop loin. "La Commission ne voit pas de raison pour accepter beaucoup d'exceptions pour les journalistes", a ajouté le secrétaire d'Etat.

"Cette semaine, nous nous concerterons à nouveau. Je regrette la communication d'aujourd'hui parce que nous sommes toujours en discussion", a-t-il conclu.