Politique belge

On pensait qu’atteignant l’âge canonique de 80 ans, Louis Tobback tirerait sa révérence après avoir dirigé pendant 24 ans Louvain. En marge d’une conférence de presse chez AB InBev, il a laissé entendre un tout autre son de cloche.

Si par malheur, le SP.A atterrissait dans l’opposition, le bouillant Louvaniste reprendrait bien un mandat communal. Pourquoi ? "Mener l’opposition est tout simplement sympa !" Et de préciser que "les dix plus belles années de sa carrière politique furent celles où il mena l’opposition socialiste flamande face aux gouvernements de Wilfried Martens !"

Il y a cependant un "hic" : il faudra faire un choix cornélien, dans cette hypothèse, son fils Bruno également candidat ne pourrait siéger ! T

obback Senior a laissé entendre dans le "Laatste Nieuws" que le choix incomberait à son fils. Mais on le sent désireux d’en découdre comme chef de l’opposition si la N-VA faisait un score mirifique. Dans ce cas, il aurait face à lui Lorin Parys. Il ne voit pas celui-ci comme un partenaire d’entraînement mais comme un homme à abattre… Sportivement s’entend. "C’est comme si on demandait à Mohammed Ali d’affronter Jean-Pierre Coopman"… "Mais je suis Ali, hein !" Tobback, qui se référait ici au match historique entre Cassius Clay et le champion belge le 20 février 1976, ne voit pas en Parys un grand successeur… "S’il devient maïeur, il ne tiendra pas deux ans", a-t-il conclu de manière très… tobbackienne…