Politique belge

Avaient-ils un peu forcé sur le gros rouge avant d’accorder cette pathétique interview au "Soir" ? Ou ont-ils vraiment livré le fond de leur pensée ? Toujours est-il que les propos de Philippe Close (à droite sur notre photo) et d’Yvan Mayeur (à gauche) sur l’avenir de la Région bruxelloise ont surpris et choqué.

Close et Mayeur. Mayeur et Close. Les Dupont et Dupond du PS bruxellois. L’un est échevin du Tourisme (le père du beau sapin sur la Grand-Place de Bruxelles), l’autre président du CPAS. Fins tacticiens, travailleurs, bons connaisseurs des dossiers. Mais surtout hommes de pouvoir. Et tontons flingueurs, à leurs heures.

En dehors de la capitale, on les connaît peu. C’est pourtant eux qui tirent toutes les ficelles, à Bruxelles, eux qui ont déchiré l’accord préélectoral qui les liait à Joëlle Milquet. Le PS les a mis en quarantaine. Mais il n’est pas sûr qu’ils y resteront longtemps car il faudra bien, un jour prochain, combler ce vide immense que laissera Charles Picqué. Et à les lire, ce n’est pas Rudi Vervoort, actuel président de cette Fédé, qui y parviendra, seul.

Close et Mayeur. Ils ont donc des idées pour changer l’architecture bruxelloise. Trop de compétences éparpillées, trop de communes, trop de ceci, de cela. Les deux hommes veulent bousculer. Là, ils n’ont pas tort. Il est vrai qu’aujourd’hui, un chat n’y retrouverait pas ses jeunes, un cumulard en oublierait ses mandats. Sur ce plan-là, très bien, allons-y. Le mille-feuille institutionnel bruxellois est indigeste. Bruxelles, disent-ils, manque d’ambition et de projets. En ont-ils, Close et Mayeur ? Cela, c’est moins sûr. On les cherche dans cet entretien. Et quand on évoque le futur ministre-Président de la Région, on a droit à de la grosse soupe : "Il faut que le PS trouve une modalité de désignation de son candidat tête de liste régional. Nous, tout ce qu’on dit, simplement, c’est qu’on veut être dans l’équipe." Est-ce donc cela, leur projet, faire partie de l’équipe ?

Mais il y a pire. Dans une de ses envolées, Philippe Close, l’échevin bruxellois, déclare : "Arrêtons de dire que Bruxelles est écroulée. On a une économie qui ne va pas si mal, le problème, c’est qu’elle ne retombe pas sur ses habitants. On n’est pas le Hainaut, ayons de l’ambition." On croirait du Bart De Wever, soulignant l’excellence de la Flandre par rapport à la déprime en Wallonie. Oui, évidemment, le Hainaut a des problèmes spécifiques. Mais ce n’est pas en enfonçant une Région en difficulté que Bruxelles sera plus belle. Bruxelles où le chômage des jeunes atteint des sommets. Bruxelles-poubelle aux yeux des étrangers. Aux dernières nouvelles, Close n’aurait pas dit ou pas voulu dire les choses comme cela. Ses explications ne sont guère plus convaincantes.

Picqué parti, Moureaux prépensionné, Onkelinx en réserve, Vervoort contesté. Est-ce l’heure de Close et Mayeur ? Pas sûr qu’ils reçoivent les honneurs.