Michel Daerden encore inconscient deux semaines ?

P.P. avec Belga Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Politique belge

L'état de Michel Daerden semble stable. Toujours dans un coma artificiel, il pourrait en être sorti très bientôt. Cette procédure délicate comporte de grands risques de séquelles. Toutefois, la phase de réveil pourrait durer deux semaines, nous apprend Sudpresse.

Les médecins de l'hôpital de Fréjus attendent que la famille de l'ancien ministre fédéral soit présente avant de le sortir du coma. En vacances à Lisbonne, Frédéric Daerden devrait bientôt arriver au chevet de son père. L'aîné des enfants du socialiste devrait arriver dans la soirée. Sa fille Aurore était elle en Belgique lorsqu'elle a appris la nouvelle. Elle est aussi serait en route pour le sud de la France.

L'ancien ministre fédéral des Pensions, candidat bourgmestre dans la commune liégeoise de Saint-Nicolas, a été hospitalisé mercredi. Il a été victime de deux malaises cardiaques alors qu'il se trouvait dans un restaurant de la Côte d'Azur où il passait ses vacances.

Le premier ministre, Elio Di Rupo, a, jeudi soir, sur son compte twitter, adressé un message de soutien à Michel Daerden et à ses proches. "J'espère du fond du coeur qu'il pourra se sortir de cette situation très difficile", a-t-il écrit.

Le PS solidaire

Toutes les pensées du président du PS Thierry Giet sont avec Michel Daerden. Il a immédiatement pris contact avec ses proches et reste en attente d'informations complémentaires de la part des médecins, a indiqué jeudi après-midi la porte parole du PS après l'annonce de l'hospitalisation de l'ancien ministre PS dans le sud de la France.

Le Président de la Fédération Liégeoise du Parti Socialiste, Willy Demeyer, a pris connaissance avec "désolation de l'accident de santé grave dont a été victime Michel Daerden", selon un communiqué.

"Dans les circonstances difficiles que traversent Michel et ses proches, il tient à témoigner de son souhait de le voir se rétablir rapidement et transmet, au nom de tous les militants, ses amitiés fraternelles et son soutien à ses enfants et petits enfants", toujours selon le communiqué.

Le ministre-président de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte a appris "avec tristesse le malaise cardiaque dont a été victime Michel Daerden".

"Toutes les pensées de Rudy Demotte vont vers Michel Daerden et ses proches. Il souhaite de tout cœur un rétablissement rapide à l'ancien ministre et transmet tout son soutien à ses enfants et petits-enfants", selon un communiqué.

Un homme de pouvoir, une figure de médias

Né le 16 novembre 1949 à Baudour, Michel Daerden est une figure emblématique du PS, en particulier du PS liégeois. Sa personnalité truculente et controversée a marqué le grand public. Il a connu une longue carrière ministérielle avant d’être écarté du devant de la scène après les dernières élections.

Fils de cheminot arrivé dans les années 50 en région liégeoise, ce licencié en sciences commerciales et financières collectionne les diplômes : agrégation de l’enseignement secondaire supérieur, licence en économie appliquée, licence spéciale en révisorat. Réviseur d’entreprises de profession, il est également, depuis 1976, chargé de cours aux HEC Liège.

Conseiller communal d’Ans, dont il est devenu le bourgmestre en 1993, il entre au Parlement en 1988. Il préside, en 1993, la fédération liégeoise du PS secouée et déchirée après l’assassinat d’André Cools. De 1994 à ‘99, il participe au gouvernement fédéral : Infrastructure et Politique scientifique d’abord, Transports ensuite. En 1999, il est désigné au gouvernement wallon à l’Emploi, avant d’hériter du Logement, des Travaux publics et du Budget.

Michel Daerden retrouve la Chambre en mai 2003. En juin 2004, il est élu au scrutin européen, mais ne siège pas, privilégiant la Région. En 2007, il est aussi ministre communautaire des Sports. Critiqué en ordre croissant pour son comportement, puis pour le contrôle qu’exerce sur la sphère publique l’entreprise de révisorat qu’il a fondée (et qu’a reprise son fils Frédéric), Michel Daerden se retrouve pourtant tête de liste PS à Liège aux législatives de 2007. Il sauve les meubles de son parti pour le reste en déroute, battu par le MR en Wallonie. Aux élections de 2009, à nouveau tête de liste, il obtient 63 580 voix. Certains, notamment chez Ecolo qui a alors "la main" politique, souhaitent ne plus le voir ministre. Le président Di Rupo avalise pourtant son maintien électoral en lui accordant un portefeuille, les Pensions, au fédéral.

En juin 2010, on le voit encore pousser la liste PS à Liège. Il y réalise le meilleur score, mais renonce à son siège. Et la formation du gouvernement Di Rupo a raison de sa carrière ministérielle. Il revient siéger au Parlement wallon - où du reste on ne le voit jamais

Sur le plan local, Michel Daerden est destitué le 28 mars 2011 de son maïorat d’Ans, victime d’une fronde orchestrée par celui qui fut son poulain, Stéphane Moreau, patron de la puissante intercommunale Tecteo. La présidence de la société de Leasing et de Financement (SLF) lui est offerte en compensation. Il devient aussi citoyen de la commune voisine de Saint-Nicolas, en recherche d’un nouveau leader PS, où il doit mener la liste pour les prochaines communales.

La personnalité de ce bon vivant a suscité un rare engouement médiatique et populaire, singulièrement après une mémorable prestation éthylique lors de la soirée électorale communale de 2006. Mais elle cache un homme de pouvoir redoutable et redouté.

Jeudi soir, à l’annonce de son état de santé, des socialistes comme Thierry Giet, Willy Demeyer et Rudy Demotte ont tenu à lui exprimer publiquement leur sympathie.

Publicité clickBoxBanner