Politique belge

Les 350 000 navetteurs qui se rendent chaque jour à Bruxelles pour travailler valent bien "une union sacrée" sur la Mobilité. C’est en tout cas le vœu exprimé par le président du CDH, Benoît Lutgen. Mardi, entouré de mandataires humanistes, il a présenté les propositions que son parti mettra sur la table lors de la réunion des ministres de la Mobilité programmée le 26 février.

Le problème, c’est que M. Lutgen lui-même - s’il appelle à "sortir des frustrations de gauche et de droite dans ce débat" - semble ne croire que modérément à "cette union sacrée" . En cause : un manque de confiance envers la ministre fédérale Jacqueline Galant (MR), qui présidera la réunion. "Ne nous demandez pas d’avoir une confiance plus élevée en elle que son propre camp" , a-t-il lâché en référence au souhait de députés wallons MR de voir relancer le Thalys wallon, alors c’est "leur" ministre, Mme Galant, qui est à la manœuvre.

Sur le fond, et en perspective de la rencontre du 26 février, le CDH a présenté plusieurs propositions en vue de lutter contre les embouteillages vers Bruxelles. Entre autres : encourager le covoiturage ou ouvrir l’avantage salarial lié à la voiture de société à d’autres biens et services. Une nouveauté aussi : sur la taxation au kilomètre des camions (elle verra le jour en Belgique, en avril prochain).

Pour le PS, la proposition arrive trop tôt

"On veut alléger le prélèvement kilométrique pendant les heures creuses car il y a trop de camions qui circulent en même temps que les voitures aux heures de pointe" , a détaillé le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio (CDH). Il s’agit donc d’un incitant pour encourager les camions à se rendre vers Bruxelles en dehors des heures les plus critiques pour la circulation. La proposition doit être discutée avec les autres Régions puisque le montant de la taxe est fixé de manière collégiale. En outre, le ministre devra aussi - et avant tout - se mettre d’accord avec son partenaire PS au gouvernement wallon.

Au cabinet du ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix (PS), on accueille la proposition du CDH avait circonspection. L’idée, précise-t-on, a déjà été examinée lors des discussions sur la mise en place de la taxe kilométrique. Elle viendrait même du secteur des transporteurs. Et, pour le PS, il est hors de question de mettre en place une telle mesure tant que la Wallonie n’a pas le recul nécessaire sur les recettes engrangées par le nouveau prélèvement. Dans un an, au plus tôt…