Politique belge Lors du congrès du PP, muni d’un balai, il haranguait ses troupes. Commentaire .

Décidément, plus rien n’arrête le PP. Tentant de surfer sur la victoire du Brexit en Angleterre ou de Donald Trump aux USA, le président et avocat d’affaires Mischaël Modrikamen fait du recyclage de méthodes particulièrement nauséabondes.

Lors de son congrès, organisé dimanche passé, en province de Namur, le président a donc fait preuve d’une très grande créativité devant une petite centaine de militants selon nos sources, près de 250 selon les organisateurs.

Il a sorti… un balai, pour encourager ses adeptes à balayer la corruption, le politiquement correct et les médias, l’islam radical et la classe politique belge. Les membres du parti criant à sa suite de vibrants "du balai, du balai, du balai…".

Si, pour justifier le recours à cet accessoire, il se revendique de Margaret Thatcher (ancienne Première ministre anglaise) et d’Arnold Schwarzenegger (ancien gouverneur de Californie) qui ont utilisé la même image en campagne électorale, le patron du PP doit quand même se souvenir que d’autres personnages moins glorieux ont utilisé la même métaphore bien avant lui en Belgique.

Degrelle et les rexistes

Le premier de la liste étant Léon Degrelle, le rexiste qui, avant d’être un collaborateur zélé de l’Allemagne nazie, utilisait déjà un balai pour conspuer la classe politique belge des années trente face à laquelle il se présentait en sauveur. Plus récemment, le Vlaams Blok (devenu Belang) a aussi manifesté avec des balais pour nettoyer la politique belge. On a les références que l’on se choisit.

Il y a fort à craindre que le recours à ce type de référence est loin d’être fini. L’histoire est riche d’autres ignominies du genre.

On peut imaginer que le Parti populaire et son organe de propagande "Le Peuple", considéreront cette analyse comme faisant partie d’un grand complot ourdi par les médias et le monde politique pour nuire à un parti qui affirme détenir la vérité.

Il s’agit simplement de faits réels liés à l’histoire récente en Belgique. Des idées et des métaphores aux actes, il n’y a qu’un pas.

Que, fort heureusement, le PP n’a pas encore osé franchir… Pas encore !