Politique belge

Le bureau politique du CDH a décidé, lundi matin, de ne pas exclure Opaline Meunier du parti. En revanche, elle ne pourra pas se revendiquer du CDH durant la campagne pour les élections communales d’octobre 2018.

La jeune femme, étoile montante chez les humanistes, avait fait le choix, mardi dernier, de rejoindre “Mons en Mieux”, la liste d’ouverture de Georges-Louis Bouchez (MR), alors que le reste de la section locale du CDH montois décidait de constituer sa propre liste d’ouverture dans la perspective des élections. Tollé au CDH où certains mandataires ont demandé plus ou moins explicitement son exclusion.

Dans un premier temps, Opaline Meunier a été convoquée dimanche soir par son président de parti, Benoît Lutgen, pour une mise au point en présence de Savine Moucheron, la cheffe de file du CDH dans la Cité du Doudou. Il lui a été demandé de choisir entre son job au CDH (déléguée à la société civile) ou la liste “Mons en Mieux”. Elle a opté pour la seconde option. Par conséquent, “au terme de cette discussion sereine et respectueuse, et d’un commun accord, il a été conclu de mettre fin à tous les titres et fonctions qu’elle exerçait au CDH”, indiquait le parti, dimanche soir.

Dans un second temps, le CDH tenait, ce lundi matin, son bureau politique hebdomadaire. Un seul point a été discuté : l’exclusion ou non d’Opaline Meunier. La réunion, où l’intéressée n’avait pas été conviée, a visiblement été tendue. Mais le bureau a choisi de ne pas l’exclure.

Cependant, le bureau “a exprimé unanimement son total soutien au projet de liste d’ouverture proposé par Savine Moucheron […] et soutenu par la section locale du CDH”, a indiqué le parti à l’issue de la réunion. Et de préciser que “pour cet enjeu communal 2018 à Mons, seuls les candidates et candidats qui seront présents sur cette liste d’ouverture conduite par Savine Moucheron pourront se revendiquer du CDH”.